COP 27 : Evitons de nous tromper de priorités !

Sept ans et six autres Conférences Internationales sur le Climat (COP) après celle de 2015, après des rapports du Groupe d’Experts sur le Climat (GIEC) de plus en plus inquiétants sur l’évolution de la situation, l’optimisme de la COP21 semble retombé pour au moins trois raisons. D’abord, les pays les plus riches ont pris du temps pour s’appliquer à eux-mêmes, à leurs entreprises et à leurs citoyens les mesures qu’ils avaient eux-mêmes définies en en sous-estimant les difficultés d’application, les coûts et les réticences des agents concernés : des retards se sont donc accumulés, variables selon les pays, entre les performances et les prévisions. En outre, ces mêmes pays n’ont pas encore porté au niveau promis les soutiens financiers volontairement pris en 2009 pour un total annuel de 100 milliards de USD au profit des nations en développement, afin d’aider celles-ci à réaliser leurs programmes de résistance aux effets des changements climatiques. Après cet effet d’annonce, si tristement habituel, les sommes décaissées ne culmineraient actuellement qu’aux environs de 80 milliards de USD , avec des contenus qu’il conviendrait d’analyser de près. Enfin, les « accidents » climatiques ont été en 2022 d’une ampleur, d’une multiplicité de formes et d’une empreinte géographique rarement atteintes. Ce constat a en revanche renforcé partout la prise de conscience des bouleversements en cours et la pression des opinions publiques pourrait bousculer dirigeants politiques et économiques pour une accélération des actions en cours.

Devant ces nouvelles donnes, trois aspects méritent d’être pris en compte.

Le premier est qu’un sujet central retenu pour Charm El Cheick semble être particulièrement ardu : celui de la définition des responsabilités des grands « pollueurs » dans les catastrophes climatiques que subissent les pays en développement, notamment africains et asiatiques, et, en conséquence, de la prise en charge des « réparations et dommages » qu’ils devraient payer aux nations victimes. Les problèmes techniques, juridiques, éthiques, financiers, administratifs, liés à cette approche nécessiteraient, dans le meilleur des cas, un temps de « mûrissement » s’adaptant mal à l’urgence des situations à régler. Il serait sans doute préférable de privilégier la création d’un mécanisme, aussi simple que possible, de création d’un Fonds d’urgence tel que celui préconisé par le Président brésilien Lula. Ce Fonds serait destiné à financer les dégâts et les investissements résultant de catastrophes naturelles induites pat le réchauffement climatique dans les pays les plus pauvres, sans recherche de la responsabilité d’autres États dans de tels évènements. Avec l’attention désormais portée à ces questions, le Fonds pourrait bénéficier de ressources publiques, mais aussi privées, conséquentes. Des procédures adaptées à son objet permettraient un déblocage rapide de ses ressources. L’utilisation pertinente de celles-ci par les pays victimes restera un risque central, mais il pourrait être prévu l’intervention d’organismes internationaux habitués à la gestion de dossiers urgents, et un contrôle serré du bilan des premières expériences afin de mener les éventuelles adaptations requises.   

Le second est le constat d’accélération récente des avancées obtenues dans la réduction des émissions de CO2, principale cause du réchauffement, dans un nombre croissant de secteurs et d’entreprises des pays économiquement avancés. Ceux-ci concernent bien sûr la montée en puissance des énergies renouvelables, mais aussi des processus de fabrication industrielle, de récupération des déchets, de modification des pratiques agricoles. Ils touchent d’abord les grands groupes, les plus puissants financièrement et en matière de recherche/développement, mais encore des entreprises plus modestes qui y trouvent aussi leurs avantages. Ces entreprises sont aidées par les États qui apportent subventions, prêts et marchés, mais aussi par les clients, prêts à payer plus cher des produits correspondant mieux à leurs aspirations de qualité et de durabilité. Dans les nations où l’État est le plus « directif », comme en Chine, ces transformations sont les plus rapides -mais elles partent de « plus bas »-, mais la compétition mondiale toujours présente et la sensation que les meilleurs dans ces nouveaux « business models » seront les futurs leaders font que les entreprises y accordent elles-mêmes partout de plus en plus d’importance. C’est sur ce terrain que le combat à court terme pourra surtout progresser au quotidien comme en témoigne l’amélioration récente des indicateurs mondiaux.

Le troisième a trait aux pays en développement les plus fragiles. Dans beaucoup d’entre eux, la pression des urgences multiples et la faiblesse des volontés politiques sont aussi décisives que le manque de moyens financiers pour expliquer la lenteur des progrès dans la lutte contre le dérèglement climatique. Cette situation ne devrait hélas pas changer de sitôt. En matière d’énergie par exemple, le retard de nombreux pays africains dans l’accès à l’électricité est dû aussi aux obstacles juridiques pour le montage de projets privés en Public Private Partnership (PPP) » et aux réticences à accepter la production d’énergies indépendantes pour alimenter les réseaux nationaux. Face à ces difficultés, quelques priorités pourraient être retenues dans les régions les moins favorisées. Dans les nations les plus engagées dans la lutte environnementale, les financements internationaux sont à intensifier fortement au service d’investissements déjà identifiés localement, comme dans l’énergie, d’une part, et une agriculture de subsistance performante et incorporant au maximum la transformation des produits du cru, d’autre part. Ailleurs, l’accent pourrait être mis sur des actions de base, de coût limité mais cruciales pour éviter les drames liés aux accidents climatiques : reboisement, assainissements urbains, arrêt des constructions en zone inondable,  amélioration de l’habitat,…

Assurer en urgence une réponse financière aux catastrophes dans les zones fragiles, stimuler les programmes des grandes entreprises pour réduire leurs effets négatifs sur le climat, appuyer les pays défavorisés dans leurs travaux aux impacts les plus immédiats sur leurs populations : tels sont sans doute quelques moyens de produire d’ici un an un bilan positif qui encouragerait la production d’initiatives nouvelles pour la prochaine COP. 

Paul Derreumaux


1 Comment for this entry

Boubacar Diallo
décembre 5th, 2022 on 19 h 01 min

Le problème est très bien posé et les pistes de solutions intéressantes. Mais existe-t-il vraiment une vraie volonté de prendre ce problème à bras le corps? Comment comprendre qu’on ne puisse mobiliser 100 milliards $ par an pour le climat quand on déverse presque le double sur l’Ukraine en moins d’un an? Le problème n’est certainement pas une question de moyen. La question maintenant c’est de savoir pourquoi on laisse les choses ainsi? Chercherait-on à réguler la population humaine qui augmente dangereusement ? Y’a t’il d’autres basses manœuvres du genre? Je n’ai que des questions et j’ai peur de connaître les réponses.