Systèmes bancaires africains : des signaux contradictoires ?

Systèmes bancaires africains : des signaux contradictoires ?

 

Dans les systèmes bancaires d’Afrique, quatre éléments dominaient les années 2014 et 2015 : coup de frein de l’expansion géographique des leaders ; vive poussée de quelques « outsiders » ; arrivée de nouveaux grands acteurs étrangers – Qatar National Bank (QNB) dans la holding d’Ecobank ; Banque Nationale du Canada (BNC) dans le groupe NSIA – ; renforcement de la réglementation et de la surveillance des Autorités monétaires.

En ce début 2016, les deux premières caractéristiques sont toujours d’actualité.

Les principaux groupes bancaires africains qui ont signé l’expansion des dernières décennies sont presqu’à l’arrêt dans l’évolution de leur périmètre: les nigérians avec la fragilité qu’ils connaissent par suite de la baisse considérable des prix du pétrole et du repli général des activités qui en résulte ; les marocains sous la pression qu’ils subissent de leur banque centrale en raison du poids systémique de leurs investissements subsahariens et des risques qu’ils entraînent. Il est probable que la situation restera inchangée pour ces banques tout au long de l’année en cours. Les cours du brut ne remontent que lentement et sont encore fort défavorables aux pays exportateurs tandis que les grandes incertitudes pesant sur l’économie mondiale laissent craindre, pour la première fois depuis longtemps, un ralentissement de la croissance africaine. Pour ces groupes dominants, le mot d’ordre reste donc avant tout pour 2016 celui d’une poursuite de la consolidation, qui permette à la fois un meilleure contrôle des filiales existantes et une hausse de la rentabilité, à l’image de 2015.

Derrière, les principaux concurrents gardent une allure conquérante. Pour les groupes africains, deux banques se détachent par leur dynamisme: BGFI Bank pour l’Afrique Centrale ; Coris Bank du Burkina Faso pour la partie Ouest. Cette dernière continue à étendre rapidement son réseau dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) : après la Côte d’Ivoire, le Togo et le Mali, c’est le Sénégal et le Bénin qui devraient accueillir une filiale de la banque burkinabé qui propose aussi depuis peu des produits financiers islamiques, rares dans cette zone. La première met de plus en plus l’accent sur l’Afrique de l’Ouest et ses 10 implantations couvrent désormais la plupart des pays subsahariens francophones, du Sénégal à Madagascar. Avec les années qui passent et un champ d’action qui grandit, les questions posées sur la solidité de ces deux groupes se sont estompées au profit du constat de leur développement et de leurs bons résultats. Il leur reste à donner toutes les preuves de leur capacité à accroitre leurs structures à plus long terme, quitte à nouer des alliances nécessaires avec de nouveaux partenaires. Pour les groupes étrangers, la Société Générale, devenue outsider en zone francophone, demeure une des plus offensives comme le montre sa prise de participation majoritaire fin 2015 dans une banque au Mozambique. Elle met aussi un accent accru sur l’innovation et la diversification de ses services, tant vis à vis des entreprises au sein de ses grandes implantations régionales, que pour les particuliers en lançant par exemple une application autonome de « mobile banking » dans l’UEMOA. Ces groupes en progression incontestable maintiennent une vive pression pour une prééminence future, et cette concurrence contribue à augmenter les actions menées au service du public.

L’entrée en Afrique subsaharienne de nouveaux grands acteurs étrangers, autre évolution majeure de l’année écoulée, apparait au contraire plus incertaine cette année. Les arguments favorables sont en effet sérieusement balancés par plusieurs inquiétudes. D’abord, les deux précédentes grandes opérations d’investissement extérieur n’ont pas encore démontré leur réussite. La QNB est entrée dans un groupe Ecobank chahuté par le fort ralentissement des activités et les nouvelles contraintes réglementaires du Nigéria, où le groupe concentre plus de 40% de son Produit Net Bancaire (PNB), mais aussi par une profonde crise interne de management qui n’a pu que compromettre la sérénité des équipes. La prise de participation de la sixième banque canadienne dans la holding de NSIA, toute récente, doit être testée au quotidien pendant une période minimale pour montrer si elle génère tout l’apport escompté, surtout dans la partie bancaire de ce groupe hybride. Ensuite, les perspectives de l’Afrique subsaharienne dans son ensemble sont, pour la première fois depuis quelques années, moins favorables à court terme : le ralentissement économique de la Chine, partenaire de premier plan de l’Afrique, la forte chute des prix des matières premières qui dominent encore l’économie du continent, la montée des incertitudes économiques, monétaires et politiques au plan mondial réduisent l’appétit des investisseurs. Face à ces difficultés, les secteurs bancaires africains restent en revanche fort rentables et donc attractifs, et nombre de pays gardent un trend de croissance élevé, notamment les pays importateurs de pétrole, à l’image de la Cote d’Ivoire qui entraîne avec elle toute l’UEMOA. Devant ces données variées, les grandes opérations d’investissement sont étudiées avec plus de circonspection. Le remplacement du fonds EMP comme actionnaire principal du groupe Orabank, la privatisation de quelques banques ivoiriennes, la cession de la banque CBC en Afrique Centrale risquent ainsi d’enregistrer des retards, ralentissant d’autant les restructurations capitalistiques concernées.

Surtout, l’annonce faite par Barclays d’un retrait de la zone subsaharienne arrive comme un séisme. Le groupe anglais avait pourtant mené depuis 2014 une profonde réorganisation de son dispositif africain, présentement un des réseaux les plus puissants et les plus performants du continent, qui ressemblait fort à la préparation d’une expansion de grande ampleur. Sa décision de repli total est sans doute partiellement provoquée par l’analyse comparative coût/rentabilité des implantations mondiales au vu des nouvelles règles prudentielles européennes, mais résulte surtout de causes extérieures à l’Afrique. Elle prend de toute façon le milieu bancaire africain à contrepied et n’est pas une bonne nouvelle pour le continent. L’annonce immédiate du leader du groupe Atlas Mara – ancien de Barclays – de susciter une reprise globale de ce réseau est également surprenante : si elle n’est pas un effet d’annonce, elle serait sans doute menée selon une approche plus financière qu’industrielle, qui caractérise ce jeune conglomérat, ce qui n’est probablement pas ce dont l’Afrique a le plus besoin. Mais d’autres marques d’intérêt se manifestent déjà et promettent une bataille de grande envergure.

Une autre interrogation pourrait concerner la position des Autorités monétaires et de supervision. Globalement, la tendance est claire et irréversible : le durcissement des conditions d’accès  à la profession bancaire et de  fonctionnement de celle-ci est la règle dans tous les pays, dans le sillage de ce qu’on observe dans le monde avec la généralisation progressive de « Bâle III ». Les modalités peuvent être diverses : forte augmentation du capital minimum des banques comme dans l’UEMOA ; ratios prudentiels plus rigoureux comme au Kenya. Le rythme des réformes varie aussi en fonction de la situation actuelle et des méthodes de management des Autorités. Mais le mouvement est unanime.

Pourtant, on note curieusement qu’apparaissent encore des établissements dont les caractéristiques surprennent. Dans l’UEMOA, on pourrait ainsi citer la Banque de Dakar qui s’est installée sur la place sénégalaise, la plus compétitive de toute l’Union, avec une ambition centrée sur les marchés financiers et les montages de grands projets, ou les deux dernières entités agréées au Bénin avec des visées apparemment voisines. Ces établissements récemment agréés présentent des actionnariats difficiles à cerner, voire inconnus du public. Leurs objectifs centrés sur la banque d’investissement paraissent peu réalistes en raison de leur non-intégration dans de puissants groupes financiers capables de jouer un rôle de catalyseur. Leur apport en matière de bancarisation du public semble très réduit alors que cette question est plus que jamais une priorité dans cette région francophone. Ailleurs sur le continent, quelques situations analogues se recensent également, comme en Afrique centrale francophone, où subsistent des entités à l’actionnariat parfois opaque, ou en Afrique de l’Est, où les efforts pour l’accroissement du capital minimal se heurtent à une forte résistance des nombreuses banques nationales privées. Il est vrai que le renouveau du système bancaire subsaharien dans les années 1990 est né de  banques privées locales dotées de faibles moyens qui sont parfois devenues des géants africains. Mais les temps ont changé et l’environnement n’autorise plus guère l’émergence des expériences isolées comme ce fut le cas il y a trois décennies. Une clarification de ces cas désormais exceptionnels s’effectuera nécessairement à terme, dans le sens de l’orientation la plus intransigeante, conformément aux transformations générales de la profession, et entraînera la disparition des banques qui ne respecteraient pas le cadre fixé. Mais du temps aura été perdu alors que l’urgence s’impose à ce secteur comme à tous les autres en Afrique.

L’année 2016 risque ainsi d’être plus hésitante que les précédentes quant au renforcement du système bancaire subsaharien. De bons résultats dégagés par la majorité des établissements sur 2015 et des tendances macroéconomiques de 2016 montrant la capacité de résilience d’une large partie des pays du continent devraient renforcer l’influence des facteurs positifs des dernières années et la consolidation de la profession. Dans ce cas contraire, un coup d’arrêt momentané à celle-ci pourrait être constaté.

Dans tous les cas, d’autres mouvements de fonds se poursuivent et préparent de futures disparités. L’un d’eux concerne la révolution des nouveaux moyens de paiement, qui s’accélère. Les initiatives des acteurs non-bancaires se multiplient et conquièrent de plus en plus d’indépendance, tandis que de nombreuses banques ne s’intéressent encore que marginalement à ces nouveautés : ces établissements risquent à terme un effritement important de ce pan de leurs activités et, indirectement, une autonomie réduite sur d’autres plans. Un second  a trait au financement des petites entreprises et des nouveaux secteurs en expansion : les banques sont jusqu’ici mal outillées pour répondre aux besoins de ces sociétés alors que celles-ci auront une place croissante avec les nouvelles technologies et l’attention prioritaire qui sera de plus en plus donnée à la question de l’emploi. Elles vont donc être soumises à une concurrence accrue de la part de compagnies de micro-finance ou de « crowdfunding ». Les années à venir promettent bien leurs champs de surprises et de progrès.

Paul Derreumaux

Article publié en mai 2016












× 9 = quarante cinq