Quelques grands challenges des banques subsahariennes pour la décennie à venir

Quelques grands challenges des banques subsahariennes pour la décennie à venir

Malgré deux décennies de « success story », les systèmes bancaires africains sont loin d’avoir atteint une phase de sérénité. Leur fort développement, la vive concurrence en leur sein, les ambitions croissantes qui les animent et les modifications des contextes économiques nationaux et internationaux leur posent au contraire de nouveaux défis. Ceux-ci semblent pouvoir être regroupés en au moins quatre principales catégories : la bancarisation des ménages et des petites entreprises ; un financement plus intense de l’économie ; la maîtrise de risques qui se multiplient ; la croissance des intérêts locaux au sein des « tours de table ».

Le renforcement continu des taux de bancarisation dans tous les pays va rester pour la décennie à venir un objectif prioritaire. Malgré les avancées observées avec les transformations successives des systèmes bancaires, l’accès des populations aux banques demeure très en retard par rapport aux autres parties du monde, et disparate entre les régions du continent. Hors l’Afrique du Sud et l’Afrique du Nord, les marges de progrès restent immenses tandis que la rapidité de l’accroissement démographique durcit encore ce challenge d’une meilleure bancarisation. L’Afrique francophone, où ces taux de pénétration culminent aujourd’hui aux environs de 15%, ferme d’ailleurs la marche dans l’évolution en cours. Trois facteurs devraient toutefois accélérer l’évolution.

En premier lieu, l’implantation de larges réseaux d’agences et la diversification des produits offerts demeurent deux composantes majeures de la stratégie de toutes les banques africaines, qu’elles soient ou non filiales de groupes internationaux. Ces politiques ont en effet un rôle clé dans la collecte de ressources peu coûteuses : en visant ce but, les banques contribuent aussi à amener vers elles un public de particuliers et d’entreprises informelles, jusqu’alors exclu des systèmes financiers modernes. A côté de ces instruments classiques, des innovations surgissent pour multiplier les canaux d’accès aux systèmes bancaires. Le plus connu est bien sûr le « mobile banking ». Né en 2008 au Kenya sous l’impulsion de la principale société locale de télécommunications, ce système y a connu un succès phénoménal, est en train de conquérir l’Afrique de l’Ouest et parait appelé à s’étendre sur toute l’Afrique. Alliant simplicité, faible coût et larges possibilités d’application, cette monnaie électronique prend logiquement une place croissante dans la gamme des moyens de paiement et permet un bond en avant de la bancarisation. Mais d’autres outils apparaissent. En Afrique anglophone, les « agency banking » conduisent à une délégation par les banques de leurs fonctions de base à des intermédiaires non banquiers qui travaillent sous leur responsabilité mais gagnent en souplesse, efficacité et coût. Un peu partout, les cartes prépayées offrent leur service à des détenteurs qui n’ont pas nécessairement de compte bancaire. La généralisation des informations sur les comptes et des possibilités d’opérations bancaires par internet développe aussi l’attractivité des banques. Enfin, en troisième lieu, la hausse rapide de l’urbanisation favorise la bancarisation, plus aisée dans les villes que dans les campagnes. Innovations techniques et concurrence entre institutions se combinent donc favorablement. Au rythme actuel, un taux moyen de pénétration de 50% à l’échéance de 2025 peut être escompté. Il est probable en revanche que des entreprises étrangères au monde bancaire seront alors devenues de véritables acteurs financiers, au moins dans le domaine des moyens de paiement, à l’image de ce que commencent à obtenir les sociétés de télécommunications.

Un deuxième objectif majeur est celui d’un financement plus intense des économies. Hormis en Afrique du Sud et à Maurice, et à un moindre degré en Afrique du Nord, le ratio des actifs financiers au Produit Intérieur Brut (PIB) reste modeste – souvent inférieur à 30% – et encore très éloigné de ceux observés par exemple en Asie et en Amérique du Sud. Deux principaux leviers permettront d’améliorer cette situation. Le premier va résulter de l’élargissement des secteurs de financements directement pris en charge par les banques. Celui de l’habitat est déjà largement en cours. En une dizaine d’années, les systèmes bancaires ont complètement changé leur position vis-à-vis de ce créneau, désormais jugé bancable et utile au développement. L’allongement important de la durée des crédits – les financements à 15 ans sont désormais monnaie courante- en donne la preuve. Il reste à réduire maintenant encore sensiblement les coûts de ces emprunts pour que ceux-ci connaissent l’essor rencontré dans des pays comme le Maroc. Le financement des Petites et Moyennes Entreprises (PME) est un challenge plus difficile. Il connait toutefois des progrès à travers les crédits structurés, mieux adaptés, l’affacturage, les cofinancements avec des partenaires financiers internationaux. Ces évolutions témoignent que les banques commerciales sont désormais véritablement généralistes et que l’utilité des banques spécialisées est contestable. Elles confirment également que les efforts des systèmes bancaires seront d’autant plus efficaces qu’ils auront l’appui de stratégies économiques pertinentes des Etats et d’une plus grande souplesse des institutions internationales.

Le second levier en matière de financement est celui d’une diversification plus poussée des systèmes financiers africains. Si les banques ont déjà fait au moins partiellement leur révolution, des transformations restent attendues des autres composantes de ces systèmes. C’est le cas des assurances dont le poids économique est encore très réduit, hormis en Afrique de Sud. Beaucoup d’ingrédients sont toutefois réunis pour une consolidation de ce secteur à bref délai: l’émergence de groupes régionaux plus solides, l’intérêt des grandes compagnies étrangères, la force de la croissance économique africaine et l’augmentation des revenus qui l’accompagne, le mouvement d’urbanisation. De même, les marchés financiers sont appelés à monter en puissance dans la prochaine décennie. Ils sont en effet nombreux mais, avec la notable exception de l’Afrique du Sud, de petite taille et caractérisés par un faible achalandage de titres, une médiocre liquidité et une modeste diversification. Le renforcement du rôle des bourses africaines passe donc nécessairement par une multiplication des titres cotés – actions comme obligations, notamment privées- et, en conséquence, par un meilleur appui des pouvoirs publics à cet instrument, permettant une modification du comportement des entreprises vis-à-vis de ces marchés. Le rôle croissant des fonds d’investissement en Afrique appelle d’ailleurs inévitablement à une croissance future des marchés financiers, pour faciliter les opérations de sortie de ces fonds. Enfin  la micro-finance devrait aussi continuer à progresser : les besoins qu’elle satisfait croissent avec la forte augmentation des populations, le renforcement de l’entrepreneuriat individuel et la difficulté des banques d’élargir leur champ d’action au rythme souhaité par la demande. Pour tous ces secteurs, les systèmes bancaires peuvent jouer un rôle moteur : les réseaux d’agences sont un canal idéal pour la diffusion des produits d’assurance ; les banques sont des acteurs majeurs des marchés financiers ; enfin, elles complètent en de nombreux aspects les institutions de micro-finance.

Le troisième défi principal est celui d’une meilleure maîtrise des risques encourus. Inévitable avec l’accroissement du nombre des opérations et leur diversification, la prolifération des risques va faire l’objet d’une chasse toujours plus intense, en raison du souci des Autorités d’améliorer la qualité des établissements et de la volonté des banques elle-même de rehausser leur rentabilité. Cette politique visera d’abord les risques de crédits : la part des crédits en souffrance dans les portefeuilles des banques reste fort élevée –plus de 15% en moyenne pour les montants bruts-, ce qui contrecarre notamment les actions de baisse des taux d’intérêt que tous les acteurs économiques souhaitent. Dans tous les grands groupes africains qui se sont constitués, de vastes programmes sont en cours pour renforcer les procédures et la formation des équipes concernées. Ce mouvement devrait se poursuivre car il conditionne la montée en puissance des portefeuilles de crédits, notamment en direction des petites entreprises. Les risques opérationnels sont aussi de plus en plus présents, à la fois en raison des nouveaux métiers auxquels s’attellent désormais les établissements – monétique, bourse, crédits structurés, – et de la sophistication des fraudes correspondantes favorisées par l’évolution rapide des techniques. Dans cette lutte perpétuelle « du gendarme et du voleur », les institutions bancaires doivent veiller à réagir promptement à toute faille décelée. Les exigences accrues de la « compliance » en matière de collecte d’informations sur la clientèle et sur les opérations traitées constituent un enjeu supplémentaire, exigeant des banques africaines une prompte adaptation à ce nouvel environnement sous peine de se voir écartées de nombre de transactions et de partenaires. Les progrès qui seront réalisés dans la gestion de ces divers risques à une échéance de cinq ans seront un signe tangible de la capacité des systèmes bancaires  à se hisser en termes de fonctionnement au niveau des standards internationaux après cette période de croissance remarquable.

Un dernier challenge pourrait consister, surtout en Afrique de l’Ouest francophone, à redonner aux capitaux privés régionaux la place qu’ils avaient acquise avant 2010 au « tour de table » des institutions de la zone et qu’ils ont reperdue depuis. Si les évolutions capitalistiques les plus récentes ont en effet renforcé la puissance des groupes régionaux constitués à partir des années 1990, elles ont fortement réduit leur ancrage local qui comporte aussi de nombreux avantages. Certaines données rendent la période à venir propice à un retournement de situation: augmentation du capital minimum des banques, mise en place de fonds d’investissements régionaux, bonne santé du marché financier de la zone, existence d’une importante épargne mobilisable. L’apparition de nouveaux « champions régionaux » serait alors possible. Elle stimulerait une concurrence, toujours profitable à la clientèle, en y insérant une meilleure prise en compte des contraintes locales.

Même si ces défis sont de taille, l’histoire récente des banques africaines nous montre que celles-ci peuvent les affronter avec réussite. L’attractivité du secteur sur les capitaux étrangers illustre d’ailleurs la confiance dont il bénéficie. La banque africaine devrait donc encore nous réserver bien des surprises agréables et rester un des moteurs du développement du continent.

Cet article sera inclus dans l’ouvrage collectif « Banque et Finance en Afrique », qui sera publié début 2016,  par le Club des Dirigeants de Banques d’Afrique Francophone  en collaboration avec les éditions Revue Banque

Paul Derreumaux


1 Comment for this entry

bop
mai 28th, 2016 on 3 h 44 min

doc interessant











six × 1 =