Mali : scènes de rue à Bamako par temps de Covid

Mali : scènes de rue à Bamako par temps de Covid

 

Le Mali, comme d’autres pays africains, a cru un moment pouvoir échapper à la pandémie du Covid-19. Une fois les premiers cas officiellement recensés vers la mi-mars 2020, la réaction a pourtant été rapide. Dès le 13 avril, une adresse présidentielle fixe les grandes lignes de mesures administratives et financières pour lutter contre le risque sanitaire et ses impacts économiques, proches de celles qu’adoptent dans la même période beaucoup de nations africaines, et notamment celles de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Mais les annonces généreuses sont souvent imprécises dans leur calendrier et leurs modalités de réalisation -hormis la suspension momentanée du salaire du Président et des membres du gouvernement – et la discrétion quant à leur concrétisation peut inquiéter

Malgré cette riposte rapide qui impressionne à l’étranger, une première complication insoupçonnée apparait vite. A Bamako comme dans les capitales voisines, il est difficile de faire comprendre la gravité particulière d’un danger inconnu et peu visible, alors que la masse des citoyens affrontent quotidiennement les risques de toutes sortes de maladies endémiques mieux connues, au premier rang desquels le paludisme, mais aussi les méfaits de la pauvreté et les manques d’infrastructures de toutes sortes. Malgré les mises en garde gouvernementales et les réseaux sociaux, encombrés de « fake news » plus ou moins fantaisistes, des centaines de milliers de gens modestes et vulnérables croient toujours que le fameux « coronavirus » est une invention. Notre amie Binta, 91 ans bien remplis d’une vie de combats, de sourires et de noblesse intérieure, nous l’explique chaque fois dans le modeste logement qu’elle occupe à Badalabougou. Elle ne peut imaginer la consistance de cet ennemi toujours caché et, avec malice, elle récuse tous nos arguments, acceptant seulement de ne plus nous serrer la main… uniquement pour nous faire plaisir.  Cette insouciance est souvent une nécessité face aux priorités de survie, mais la méfiance dans les Autorités politiques et administratives ainsi que certains ratés de leur communication renforcent la conviction. D’ailleurs, le « numéro vert » publié partout et que chacun peut appeler en cas de symptômes est presque toujours impossible à joindre : alors, que peut-on faire ?

Pourtant, le Covid-19 est bien présent et s’insinue partout. Parti de zéro le 24 mars, le nombre officiel des contaminations, surtout concentrées sur Bamako, dépasse ce 24 mai les 1000 personnes et celui des décès les 60 victimes. Ces données sont certes plus modestes que chez beaucoup de voisins, ce qui alimente aussi le manque d’attention du plus grand nombre. Mais elles sont très probablement nettement sous-estimées : les faiblesses de la politique de recherche des cas suspects, la réticence des populations à se signaler touchés par cette maladie en raison du délabrement des grands hôpitaux publics, le manque de tests, tout concourt à ce que la maladie circule dans l’ombre et agresse plus qu’il n’est dit. Le fait que la pandémie semble toucher les classes les plus aisées, parce qu’il leur est plus facile de se faire tester puis soigner dans de bonnes conditions, l’illustre aussi, comme l’a montré le «mini-cluster » des députés après des élections législatives maintenues malgré l’épidémie. Cependant, les contaminations recensées augmentent encore de 3% par jour. A ce rythme, le nombre de personnes infectées double chaque mois : avant fin juin, les malades pourraient être plus de 2000.

Pour la grande majorité de la population, ballottée entre la solennité des avertissements et la « générosité » des annonces du Gouvernement, d’une part, et les réalités plus prosaïques du terrain, d’autre part, les difficultés de l’heure sont plus tangibles aux plans social et économique que sanitaire. Une première contrainte s’est imposée à chacun avec la fermeture de tous les établissements d’enseignement dès le 20 mars. Cette mesure a sans doute été aussi un moyen de reporter à plus tard le règlement final du bras de fer entre l’Etat et les syndicats d’enseignants qui persiste depuis au moins un an. Elle s’est en tout cas traduite par la mise en vacances de fait de la plupart des élèves et étudiants : les petits traînent désormais autour de la demeure familiale tandis que les ainés passent beaucoup de leur temps sur les téléphones mobiles pour « chatter » ou « surfer », oubliant souvent les « gestes barrière » qu’on leur rabâche. Le téléenseignement n’a pu être mis en place que par quelques écoles et a aussi été pénalisé par la faiblesse de l’équipement des ménages en ordinateurs et en imprimantes. Des tentatives de lancement de cours à la télévision ne semblent pas avoir eu le succès escompté. Les inégalités sociales se sont ainsi encore creusées et le spectre d’une année blanche est une forte inquiétude de beaucoup de parents. La date du 2 juin fixée pour la reprise n’est d’ailleurs pas confirmée à ce jour. Cet arrêt des cours a provoqué la conséquence la plus visible à ce jour dans la vie quotidienne des bamakois : une nette diminution de la circulation. Celle-ci ne fait pas le bonheur des mendiants désormais plus nombreux : aux habitués se sont joints en effet des enfants, privés d’école et laissés à eux-mêmes, et des déplacés du Nord et du Centre du pays, puisque la guerre contre les terroristes, invisible elle-aussi à Bamako, enfle toujours le flot des réfugiés.

Dans la sphère économique, des changements plus profonds, induits par la baisse générale des activités qui frappe le monde entier, n’émergent que lentement. L’éventail des situations est très large. Les chanceux, dont l’activité s’est poursuivie normalement, sont peu nombreux. Ils travaillent dans les sociétés de télécommunications, les banques, les compagnies d’assurance, les compagnies minières, quelques rares filiales d’entreprises multinationales. Ils sont aussi les seuls à pouvoir bénéficier du télétravail, et à réduire ainsi les risques sanitaires tout en gardant leurs -bons- salaires. A l’autre bout du spectre, les sacrifices pèsent surtout sur les salariés les plus modestes et sur les micro-entrepreneurs et commerçants des secteurs formel et informel, qui sont dépourvus de garanties et d’épargne et peuvent tomber brutalement dans la précarité. C’est surtout pour eux que le confinement a été écarté : leur liberté de mouvement est en effet cruciale, pour leurs tâches professionnelles comme ménagères, qu’il s’agisse de maintenir un minimum vital de chiffre d’affaires, de gagner sur le marché « le prix du condiment » ou d’aller chercher l’eau potable dans le quartier. Entre ces extrêmes se trouvent les cas les plus variés selon les secteurs d’activité, la taille des entreprises et la qualité de leur organisation. Face à l’absence d’une assurance chômage généralisée ou d’une prise en charge par l’Etat du paiement d’un chômage partiel, la priorité a été donnée au paiement accéléré d’une lourde dette intérieure, grâce à des financements publics multilatéraux. Il apporte à beaucoup d’entreprises une trésorerie compensant au moins en partie la baisse de leur chiffre d’affaires et règle des arriérés de salaires dus aux fonctionnaires. Pour les ménages, l’aide porte essentiellement sur un allègement des factures d’eau et d’électricité, dont la mise en place est délicate. Le Mali n’a pu en effet débloquer, comme en Côte d’Ivoire, des soutiens en numéraire permettant aux personnes les plus touchées de subsister -75000 FCFA pour trois mois à Abidjan-, dont l’effet aurait été plus rapide et plus sensible. Pour le reste, les arrangements avec les travailleurs dépendent de chaque entreprise et conduisent à beaucoup de suspensions de contrat de travail.

Face à cette adversité générale, maliennes et maliens restent comme toujours optimistes et fervents adhérents de la solution individuelle. S’appuyant sur un dynamisme légendaire, beaucoup recherchent, dans la mesure de leurs modestes moyens, des activités d’appoint pour survivre, voire des opportunités de revenus apportées par le Covid-19. Dans ce pays des beaux boubous, couturiers émérites comme néophytes inspirés se lancent dans la production de masques, motivés par la commande par l’Etat de «  millions d’unités »  ou par la vente au détail. L’ingéniosité des nombreux petits artisans, capables de merveilles avec des instruments dérisoires, met au point des distributeurs de gel hydroalcoolique et des portiques de désinfection automatique. Une « start-up » locale se lance dans la fabrication de matériels médicaux par imprimante 3D. La semaine dernière, c’est muni d’une combinaison pareille à celle d’un cosmonaute que mon coiffeur m’a coupé les cheveux en m’assurant d’une sécurité parfaite.

Dans les comportements quotidiens, les changements s’imposent avec peine. En remplacement du confinement, un couvre-feu, imposé en avril, n’a pu être maintenu longtemps. Contraire aux habitudes de la population, surtout en cette période de grande chaleur, il s’est aussi heurté à la pression des responsables musulmans, puisque le Mali est un des rares pays où les mosquées n’ont pas été fermées. Après quelques échauffourées, le Ramadan a eu raison du couvre-feu supprimé début mai. Le port du masque reste rare, tant parce que l’objet est encore cher pour les bourses maliennes, que parce qu’il est étranger à toutes les habitudes, incommode sous ces températures accablantes et à l’utilité encore contestée. Pour les personnels des entreprises structurées, gardiens inclus, il est cependant devenu une obligation bien respectée. Ailleurs, pour les commerçantes et leurs acheteurs sur les marchés, ou dans les rues, il est une stricte exception alors même que les foules compactes sont toujours la règle. Dans le quartier de l’ACI, chaque départ exceptionnel d’Air France vers Paris est ainsi l’occasion d’une cohue indescriptible et constitue hélas un lieu idéal pour un nouveau foyer de contamination.

Comme si les difficultés sanitaires et économiques ne suffisaient pas, deux autres évènements rendent la période encore plus difficile pour la population. Le premier est la situation catastrophique de la société nationale d’électricité. Dans ce pays où moins de 40% de la population est connectée au réseau national, la période chaude est toujours marquée par de multiples coupures de courant. Cette année, leur nombre a explosé et leur durée considérablement augmenté tandis que des villes du Nord du pays restent plongées dans le noir. A la télévision nationale début mai, le Directeur Général confesse sans ciller qu’il manque de personnel qualifié pour sa maintenance et qu’il attendait la réouverture des frontières avec le Sénégal pour que la situation s’améliore. Abasourdis, mais pas forcément étonnés, devant cet aveu et l’absence de sanctions, les consommateurs se résignent à attendre, une fois de plus. Le second évènement est celui du Ramadan. Celui-ci représente pour chaque musulman plus de quatre semaines de jeûne et de longues prières, mais est aussi une période d’achats exceptionnels de produits de première nécessité pour la coupure du jeune en famille. Avec les difficultés d’approvisionnement et de circulation apportées par la lutte contre le Covid-19, la spéculation habituelle sur les prix de ces denrées s’est emballée malgré la surveillance des pouvoirs publics et s’ajoute à la détérioration des ressources du plus grand nombre.

Habitués par nécessité à la résilience, les bamakois tiennent bon, attendant les signes d’un avenir meilleur. A défaut de ceux-ci, ce week-end leur a amené un répit avec la fête de l’Aïd. Ce samedi, les petites filles aux coiffures magnifiques et les jeunes garçons aux boubous amidonnés ont empli comme chaque année les rues de la capitale pour aller saluer familles et amis, et espérer un « selimafo ». Pas sûr que les règles de distanciation soient bien respectées pendant cette trêve, mais chacun aura repris quelques forces. Suffisamment sans doute pour espérer une bonne saison des pluies, le retour à la normale de l’électricité, la victoire sur le Covid et l’amélioration de l’économie. Alors, on pourra repenser aux nombreux autres problèmes qui restent à régler, parfois depuis longtemps.

Paul Derreumaux

Article publié le 26/05/2020

 












deux × 5 =