Banques kenyanes : des leçons pour l’Afrique subsaharienne ?

Banques kenyanes : des leçons pour l’Afrique subsaharienne ?

 

Malgré quelques récents avatars, le Kenya reste une des références pour les systèmes bancaires africains. Les réponses données aux secousses subies sont-elles cependant les plus adéquates ?

La société kenyane de bourse Kestrel Finances vient de publier une analyse des principales banques cotées sur la place de Nairobi après la fermeture inattendue de trois établissements en 2015/2016. Au moins quatre facteurs concomitants ont été décisifs pour déclencher cette crise Le premier tient à l’environnement économique et monétaire, et notamment la forte hausse des taux d’intérêt qui a prévalu pendant une bonne partie de 2015 : elle a perturbé la gestion de nombreux établissements, et notamment des plus petits, tant pour son impact sur le coût des dépôts que sur celui des opérations interbancaires vitales en ce pays pour la plupart des banques. Un autre provient paradoxalement de la densité et de la diversité du système bancaire national, fort de 44 banques commerciales en 2015. Le secteur est aussi soigneusement classifié entre trois groupes de banques : les plus puissantes, celles de moyenne importance et les plus petites, respectivement dénommées Tier 1, Tier 2 et Tier 3. Ces dernières sont pour l’essentiel des banques familiales, notamment à capitaux kenyans mais aussi indiens, apparues en nombre croissant depuis l’ouverture du secteur, et travaillent pour des « niches » de clientèle dans une concurrence  particulièrement rude. En face, les quelque Tier 1 restent ultra-dominantes : les 5 premières d’entre elles représentent toujours plus de 50% du marché et ont aussi la rentabilité la plus régulière et souvent la meilleure. Malgré la grande diversité d’acteurs, le secteur est donc aussi très concentré et inégalitaire. Les fraudes, la voracité et/ou la non-transparence au sein de trois entités ont constitué un troisième facteur : elles ont entrainé leur illiquidité  et un mouvement de fuite généralisée des dépôts des banques Tier 2 et Tier 3, au profit des Tier 1 considérées plus sûres : la crise a mécaniquement renforcé la concentration du système. Le dernier facteur parait provenir des lacunes du système de contrôle de la Banque Centrale du Kenya (CBK) : celles-ci ont empêché d’exploiter correctement le dispositif réglementaire contraignant de la loi bancaire kenyane, qui dispose d’une batterie remarquable de ratios prudentiels, normalement susceptibles de prévenir toute difficulté.

Cette convergence de causes menaçait de conduire à une crise systémique semblable à celle de 1998 durant laquelle près de 30 établissements financiers ont été brutalement fermés. Sous l’autorité de son nouveau Gouverneur, la CBK a donc mené de front plusieurs actions. Elle a décidé très vite la fermeture des trois établissements menacés de faillite. Elle s’est appuyée sur les principales banques -Kenya Commercial Bank (KCB) en particulier- pour gérer la question épineuse de la liquidité des dépôts des banques arrêtées, afin d’éviter la généralisation d’une panique qui aurait pu être fatale à d’autres entités. Elle a rapidement mis en place un nouveau dispositif de liquidité interbancaire, en y engageant sa responsabilité, pour relancer les concours à court terme indispensables au fonctionnement quotidien de l’ensemble du système et éviter l’asphyxie des petits établissements. Elle a vite mis en faillite la Dubai Bank et Imperial Bank et a imposé une courte période transitoire avant que la Chase Bank retrouve une activité normale, éventuellement avec des actionnaires plus puissants. Elle a prévu des amendes pécuniaires encore plus lourdes pour les infractions à la loi bancaire. Elle a donc fait preuve à la fois de fermeté mais aussi d’imagination. Ces réactions musclées n’ont toutefois pas stoppé divers dommages collatéraux pour le système bancaire dont la principale manifestation a été le fort recul des capitalisations des banques cotées : les multiples par rapport à l’actif net sont revenus en moyenne aux environs de 1,5 (contre près de 3 dans la période la plus favorable des années 2005/2009), voire à 1,2 seulement pour la KCB, première banque du pays.

Alors que la crise semble apaisée, l’heure est aujourd’hui aux mesures de moyen et long terme susceptibles d’empêcher, ou de rendre plus rares, de telles situations. L’amélioration de la situation économique et monétaire est la première des conditions exigées et apparait en cours de réalisation. La croissance s’est consolidée et la hausse du Produit Intérieur Brut (PIB) devrait frôler les 6% en 2016, apportant une embellie avant les élections de fin 2017. Les taux de change se sont calmés et les taux d’intérêt ont baissé, réduisant la volatilité des dépôts et redressant la rentabilité des banques.

Surtout, la CBK semble décidée à mettre en œuvre à marche forcée une augmentation massive du capital social des banques kenyanes. Celui-ci devrait passer en 3 étapes de 1 milliard de Shillings kenyans (KES) actuellement à 5 milliards de KES fin 2019, soit d’environ 9 à 45 millions d’EUR. C’est une contrainte légère pour les Tier 1, et même au-delà, puisque 18 banques atteignaient déjà ce seuil  fin 2015. C’est en revanche fort ambitieux pour la bonne dizaine de banques dont le capital social est encore éloigné des 2 milliards de KES. Des absorptions et fusions sont donc attendues, mais les égos développés des dirigeants les rendront peut-être délicates à se concrétiser comme ce fut le cas lorsque le capital passa avant 2010 de 250 millions à 1 milliard de KES et que le nombre de banques resta finalement inchangé. Même si le souhait est de ramener l’effectif des établissements entre 25 et 30, la CBK n’envisage pas pour l’instant d’imposer des regroupements et laisse l’initiative aux actionnaires. Elle a toutefois retenu de ne plus accorder pour l’instant de nouvelles licences bancaires. Avec ces dispositions, la CBK compte concentrer ses forces de contrôle sur un nombre plus restreint d’établissements, qui seraient d’ailleurs eux-mêmes mieux gérés, comme le montre l’exemple des banques Tier 1 actuelles.

Ces mesures seront-elles suffisantes ? On peut en douter au vu de l’histoire bancaire du pays. La CBK est en effet sans doute un modèle pour sa capacité de prise de décision par rapport aux innovations de la profession, telles le « banking agency » et le « mobile banking », pour lesquelles le Kenya a été pionnier et qui sont maintenant copiées en beaucoup d’endroits du continent. Elle est aussi capable d’actions énergiques vis-à-vis d’établissements défaillants comme elle l’a souvent montré. En revanche, la mauvaise qualité des contrôles de la CBK, à la réputation parfois contestée, a été indexée comme un élément déterminant du déclenchement de crises graves, à l’image de celles de 1980 ou 1998. Dans ces cas, ce fonctionnement a paralysé l’effet protecteur que constituaient les règles prudentielles en place. Il faudra donc un nouvel état d’esprit et une forte impulsion des organes dirigeants pour que les choses changent définitivement

Quoi qu’il en soit, les solutions optimales sont difficiles à trouver comme l’indiquent les deux exemples suivants.

L’accroissement du capital minimum des banques est une tendance lourde de la stratégie des banques centrales du continent. Ce mouvement est conforme aux orientations internationales, qui restreignent les facilités d’accès à la profession. Il est souvent accompagné d’exigences particulières sur l’identité des principaux actionnaires, qui doivent être eux-mêmes des banques, ce qui tend à rendre la profession endogamique.  Les nouveaux seuils atteignent d’ailleurs parfois des niveaux très élevés comme au Nigéria, où il est désormais d’environ 200 millions de dollars US, très au-delà des montants demandés dans les pays avancés. Dans la plupart des pays, ces barrières à l’entrée ne sont toutefois pas suffisantes pour éliminer tous ceux qui cherchent un agrément afin d’exercer une activité sans véritable valeur ajoutée ou qui apportent de nouveaux risques spéculatifs, comme l’ont prouvé divers exemples. Ils empêchent en revanche, les « Fintech » de pénétrer le marché et d’y introduire des produits capables d’accélérer à grande échelle la bancarisation des populations, qui doit être une priorité. Cet accroissement est donc nécessaire, mais non suffisant.

Il en est de même pour le durcissement des  conditions de fonctionnement de l’activité bancaire. Les services de contrôle et d’audit prennent une place croissante et cette évolution n’est pas terminée si on en juge par les transformations en cours dans l’Union Européenne. Encore des pans entiers sont-ils encore quasiment vierges, telles les procédures obligatoires en cas de faillite d’une banque ou la supervision des groupes transfrontaliers : ces questions sont pourtant de plus en plus essentielles au fur et  mesure que le nombre et la taille des banques grossissent ainsi que le nombre de leurs clients. Si l’analyse du risque s’avère capitale, son omniprésence incite peu aux innovations qui sont cependant elles aussi décisives pour le futur. A l’exception notable du Kenya, les grands groupes bancaires africains sont ainsi restés au second plan dans la révolution en cours des moyens de paiement, où les leaders du changement sont les puissantes sociétés de télécommunications. Celles-ci commencent d’ailleurs à passer du stade de partenaires des banques à celui de concurrents institutionnels, à l’Est comme à l’Ouest de l’Afrique.

Réglementer au mieux, pour relever les standards et éviter les crises, mais ne pas paralyser les initiatives, de façon à favoriser la contribution des systèmes financiers au développement économique. Tel est l’équilibre délicat à chercher. Le Kenya a penché cette semaine du côté de la réglementation en votant une loi qui plafonne les taux des crédits et impose une rémunération minimale des dépôts. L’avenir dira rapidement si ce choix calme les tensions ou les envenime. Décidément, la construction des systèmes financiers africains n’est pas encore un long fleuve tranquille.

Paul Derreumaux


2 Comments for this entry

KOUAKOU HERMANN
octobre 5th, 2016 on 16 h 42 min

Bonjour,

Je suis avec beaucoup d’attention vos écrits et apprécie particulièrement la pertinence et la profondeur de vos analyses.
Merci de continuer à nous édifier et nous former à ce difficile mais combien passionnant métier de banquier.

Très cordialement.

    Paul DERREUMAUX
    novembre 17th, 2016 on 18 h 15 min

    Monsieur Kouakou,

    Merci pour ces mots très aimables. Au plaisir de vous revoir bientôt à Abidjan.

    Cordialement.

    Paul Derreumaux











− 2 = quatre