Banques et économies subsahariennes:

Un cercle vertueux qui fonctionne depuis vingt ans.

Avec la téléphonie mobile, la banque commerciale est sans doute le secteur qui illustre le mieux la transformation en profondeur de l’économie d’Afrique subsaharienne depuis le redémarrage de sa croissance globale à l’aube des années 2000, et tient une place essentielle dans les perspectives d’évolution future de celle-ci.

Dans les pays francophones, la terrible secousse qui frappa les systèmes bancaires dans les années 1980 avait provoqué à la fois la disparition de la plupart des banques d’Etat et une vague de repli ou d’arrêt d’expansion des banques étrangères. Après cette courte phase de brusque contraction, la renaissance progressive du secteur s’est principalement appuyée sur une catégorie inconnue jusque-là, celles des banques locales à capitaux privés nationaux, à l’image du mouvement observé dans l’Afrique anglophone durant la décennie précédente. L’importance des besoins à satisfaire, les débuts de restauration d’un cadre macroéconomique plus favorable, la volonté des « entrants » de s’adresser à des publics jusque-là négligés par les autres établissements, comme les particuliers ou les entreprises nationales, le dynamisme des jeunes institutions ont assuré leur développement rapide. Celui-ci a favorisé l’accroissement du nombre des établissements et stimulé une concurrence entre eux, créatrice d’innovations favorables à la clientèle. Dans le même temps, l’instauration de réglementations et d’organismes de contrôle plus contraignants, voire la création de nouvelles institutions de supervision quand c’était nécessaire, ont apporté dans chaque pays les garde-fous indispensables pour veiller à ce que cette croissance soit saine  et éviter le retour d’une crise généralisée.  Au début des années 2000, les systèmes bancaires des pays subsahariens avaient donc retrouvé, et souvent dépassé, leur densité d’antan. Dans un marché ouvert et concurrentiel où des places étaient à prendre, ils engageaient la construction de réseaux d’agences, contribuant ainsi à une bancarisation accrue du public, et reprenaient une participation active au financement des entreprises. Au Bénin, par exemple, le financement de la campagne cotonnière, vitale pour le pays, recommença dès 1992 et fut entièrement supporté par les banques privées nouvellement agréées depuis 1990. Une étroite interconnexion entre développement économique et croissance bancaire a donc marqué toute cette période. L’essor de plusieurs réseaux bancaires régionaux illustre cette réciprocité des relations. Dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) par exemple, la mise en place d’un espace monétaire et bancaire de mieux en mieux unifié a facilité la possibilité pour les banques de s’implanter dans l’ensemble de la zone et d’y réaliser des opérations consortiales. Les entreprises ont été en conséquence mieux épaulées dans leur conquête régionale de marchés plus vastes, ce qui a en retour contribué à l’essor des systèmes bancaires de l’Union.

Après avoir ainsi accompagné les premières phases de la croissance subsaharienne, les nouvelles banques commerciales sont devenues dans la dernière décennie l’un des plus actifs moteurs de celle-ci grâce aux nouvelles mutations qui les ont marquées. Chaque établissement était en effet auparavant resté cantonné dans le pays ou la zone monétaire qui l’avait vu naitre. A compter de 2005 environ, un vaste mouvement de franchissement des limites géographiques traditionnelles va caractériser le secteur et aboutir à la construction de puissants groupes continentaux et régionaux. Les principaux initiateurs en sont quelques institutions d’Afrique de l’Ouest, qui vont s’étendre jusqu’à l’Est du continent, puis certaines banques nigérianes, dont l’augmentation considérable du capital social exigé par leurs Autorités monétaires les pousse à investir à l’étranger, et enfin trois établissements marocains, sous l’effet d’une relative saturation de leur marché national. Derrière cette dizaine de leaders, d’autres banques de taille plus modeste suivent le même chemin et implantent également des réseaux plurinationaux, telles les banques kenyanes dans l’East African Community (EAC). Cette deuxième étape du renouveau du système bancaire africain développe plusieurs effets majeurs. Au dynamisme de la période précédente, déjà générateur de nombreux progrès, viennent s’ajouter la puissance et l’expérience des nouveaux venus marocains, nigérians ou kenyans. Une intensité jamais observée auparavant s’installe dans la compétition entre entités. Celle-ci s’exerce en particulier en direction des particuliers et utilise deux canaux. Le premier est celui d’une densification renforcée des réseaux d’agences : en 20 ans, leur nombre va souvent décupler tandis que l’effectif des comptes bancaires suivra une trajectoire parallèle, accélérant le processus de bancarisation, même si celui-ci est encore beaucoup trop faible en Afrique francophone. Le second est celui d’un grand élargissement de la gamme des offres bancaires : une segmentation plus poussée de la clientèle permet une meilleure différentiation des produits en fonction des besoins de celle-ci ; de coûteux investissements technologiques généralisent des services auparavant presqu’inconnus en Afrique subsaharienne comme la monétique. Les banques du continent deviennent ainsi plus modernes et efficientes et l’écart qui les séparait des systèmes bancaires du Nord se réduit considérablement. Vis-à-vis des entreprises, la montée en puissance des établissements, leur nombre grandissant et une pratique accrue des crédits consortiaux renforcent le rôle des banques africaines dans le financement de l’économie, notamment auprès des grandes sociétés.

La pérennité généralisée sur plus de quinze ans d’un taux soutenu de croissance du produit Intérieur Brut (PIB) amène désormais l’Afrique subsaharienne à espérer atteindre un nouveau stade de développement : celui de l’émergence économique et de ses exigences économiques ou sociales. Dans cette nouvelle étape, les systèmes bancaires peuvent continuer à exercer une influence positive. Le secteur financier connait toujours en effet d’importantes transformations qui favorisent sa participation à la marche en avant du continent à travers notamment deux principaux facteurs. Au plan des acteurs, la concurrence continue à s’intensifier et l’émulation qu’elle exerce profite à plein aux clients. Les plus grands réseaux marquent certes une pause dans leur expansion mais consolident leurs structures et portent l’accent sur l’amélioration de la qualité de leurs services. Derrière, quelques candidats accentuent la pression sur les plus puissants en étendant leurs implantations et en conquérant des parts de marché. Enfin, des groupes bancaires étrangers se sont récemment tournés de nouveau vers l’Afrique ou y ont débarqué pour la première fois : ainsi la Société Générale, après avoir  longtemps stabilisé son réseau de filiales, l’élargit à nouveau tandis que la Banque Nationale du Canada s’engage dans des joint-ventures avec des acteurs locaux à Maurice ou en Côte d’Ivoire. Les excellentes performances d’ensemble du secteur, en termes d’activités comme de résultat, portent à croire que ce bouillonnement d’initiatives n’est pas clos et que d’autres intervenants pourraient encore se manifester dans ce marché en pleine expansion. Au plan des instruments, le principal changement devrait concerner le taux de pénétration des banques auprès du grand public. De ce point de vue, l’Afrique demeure très en deçà des autres parties du monde malgré l’évolution récente. Une accélération peut cependant être attendue sous la pression de la compétition déjà mentionnée, mais surtout de la mutation en cours des moyens de paiement. La révolution du « mobile banking », permise par le « boom » du téléphone mobile, a montré tout son impact au Kenya depuis 2008 et est en train de gagner d’autres parties du continent, telle l’Afrique de l’Ouest francophone. Elle recouvrira peu à peu une variété de plus en plus large de produits bancaires et sera vraisemblablement suivie par d’autres nouveautés technologiques facilitant les relations du public avec les systèmes financiers. Marchés boursiers, secteur des assurances, entreprises de microcrédit semblent aussi s’éveiller à un cycle de réformes structurelles et de dynamisme accru qui élargiraient le spectre des canaux de financement disponibles.

Tous ces changements, dont certains sont révolutionnaires, devraient donner aux systèmes financiers plus de moyens et plus de flexibilité pour répondre aux priorités qui s’accumulent. Celle des investissements structurants, qui sont une condition sine qua non pour que se poursuive la croissance actuelle et qui exigent des systèmes bancaires de plus en plus solides et puissants. Celle de l’essor des Petites et Moyennes Entreprises (PME), qui doivent constituer l’ossature des appareils économiques de demain et le vivier indispensable des créations d’emplois, mais supposent des institutions de financement imaginatives et audacieuses créatrices d’un nouveau « financial model ». Celle de la multiplication des produits et services accessibles au plus grand nombre, qui nécessite un développement à grande échelle de la bancarisation et des prêts aux ménages. Celle d’un habitat décent pour toutes les populations, notamment dans les zones en urbanisation rapide, qui implique en particulier la baisse des taux d’intérêt et l’extension des durées de crédits immobiliers. Celle de l’innovation et du progrès technologique, qui traduiront le degré d’ouverture des pays africains au monde moderne, et qui supposent des instruments renforcés pour l’apport de capitaux propres comme de financements par prêts.

Systèmes bancaires et autres structures économiques se nourrissent donc mutuellement dans le mouvement de développement qui a marqué l’Afrique subsaharienne ces vingt dernières années. Il est indispensable que ce cercle vertueux se prolonge et les évolutions des dernières années autorisent à penser qu’il en sera ainsi. Les diverses avancées que devraient connaitre les banques africaines, en puissance d’action comme en qualité de travail, continueraient alors à être un important facteur d’entrainement des économies dans lesquelles s’insèrent ces établissements

Paul Derreumaux












8 − quatre =