Afrique : Les opérateurs téléphoniques supplanteront-ils les banques pour les moyens de paiement ?

Afrique : Les opérateurs téléphoniques supplanteront-ils les banques pour les moyens de paiement ?

 

Touchant un nombre croissant de pays et concernant de plus en plus de compagnies de télécommunications, « le mobile banking » devient un vecteur clé de la croissance de ces dernières. Certaines d’entre elles s’apprêtent donc à franchir le pas et à demander un agrément bancaire. Les banques vont-elles perdre ainsi une partie de leurs activités de base ?

Les paiements par téléphone portable –le « mobile banking » – en Afrique sont somme toute récents. Apparu avec un succès d’abord mitigé dans quelques pays au début des années 2000, ce mode de paiement s’est surtout développé à partir de 2007 au Kenya. Avec son produit M’Pesa – M comme mobile et Pesa comme monnaie en swahili -,  l’entreprise Safaricom a en effet connu très vite un succès phénoménal. Selon des statistiques récentes, M’Pesa compterait maintenant quelque 17 millions d’abonnés – soit un kenyan sur trois – et plus de deux millions de transactions quotidiennes, celles-ci représentant en une année environ 1/10ème du Produit Intérieur Brut (PIB) national.

Cette explosion repose sur plusieurs facteurs. Le premier est bien sûr le succès extraordinaire du téléphone mobile sur le continent africain. Démarré dans la décennie 1990, il a vite permis de rattraper le retard existant en matière de lignes téléphoniques fixes. Avec des taux de couverture désormais proches de ceux des pays du Nord , il met en œuvre toutes les révolutions technologiques avec un bref décalage sur les nations les plus développées. En 2014, près de 700 millions d’Africains ont un téléphone mobile, soit plus de 60% de la population, et les licences 4G sont en train d’apparaitre dans quelques pays. Grâce à sa simplicité d’usage, à la forte baisse des coûts, à sa généralisation très rapide, le « mobile » a véritablement bouleversé le mode de vie des populations, même pour les plus bas revenus ou les habitants des zones les plus isolées. La seconde raison est celle du grand retard des systèmes bancaires pour l’élargissement de leur base de clientèles de particuliers. Leur intérêt pour ce public, en particulier dans l’espace francophone, n’a en effet commencé qu’avec l’avènement des banques privées africaines qui a suivi le cataclysme bancaire des années 1980. L’effort d’ajustement des réseaux et des produits aux besoins des particuliers s’est alors progressivement renforcé, mais le retard est tel qu’il prendra des années avant d’être résorbé. Ainsi, dans l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA), le taux de bancarisation a probablement doublé dans les dix dernières années mais ne s’élève encore qu’aux environs de 10%. La troisième raison résulte des nouvelles stratégies qui s’imposent aux groupes de télécommunications. Les taux de pénétration déjà atteints et la concurrence accrue amènent un ralentissement des taux de progression. Il faut donc chercher à fidéliser la clientèle acquise, notamment en diversifiant les services offerts comme le permettent des technologies en constante amélioration. Le paiement par téléphone mobile est donc un relais idéal de croissance en Afrique par suite des lacunes des systèmes bancaires traditionnels.

Le Kenya a été le grand précurseur en la matière et le succès de M’Pesa constitue la référence absolue. Il a été servi en particulier par la prédominance de Safaricom dans le paysage kenyan des télécommunications, par le dynamisme des banques locales et par la souplesse de la Banque Centrale. M’Pesa est un porte-monnaie électronique qui permet à la fois les échanges de cet argent virtuel entre clients et le paiement de factures aux entreprises ayant adhéré au réseau. Le système recensait en 2012 des transactions pour plus de 7 milliards de dollars par an. Ces dernières années, ce produit test a largement essaimé.

Dans le pays phare du « mobile banking » qu’est le Kenya, l’évolution a été double. Les principales banques de la place ont développé des offres permettant à leurs clients de mettre en relation aisée leur compte bancaire et leur compte M’Pesa : M’Benki pour la Kenya Commercial Bank, Hello Money pour la Barclays, Eazzy 24/7 pour Equity Bank répondent à cet objectif. Afin de maintenir son avance, Safaricom a par ailleurs noué fin 2012 un partenariat avec la Commercial Bank of Africa pour la création de M’Schwari. Ce produit offre des comptes d’épargne et des prêts, se posant ainsi de plus en plus en rival direct des services bancaires. Ces interconnexions et ces nouveautés créent une puissante émulation, qui reflète la performance du système kenyan, et apportent un progrès rapide de la bancarisation du pays.

Hors du Kenya, le mobile banking, maintenant maîtrisé par tous les plus grands groupes internationaux de télécommunications, est surtout utilisé dans les pays en développement où il se substitue aux guichets bancaires pour l’importante clientèle non bancarisée. Le pionnier Safaricom commercialise ainsi ce type de service en Tanzanie et en Afrique du Sud, mais aussi en Afghanistan et en Inde. En Afrique, où le secteur reste pour l’essentiel un club très « select » dominé par quelques « majors », l’indien Airtel, l’Emirati Etisalat, le Sud-Africain MTN, par exemple, déploient progressivement des produits analogues dans leurs nombreuses filiales. Le groupe français Orange fait partie de ces leaders. Son produit Orange Money, lancé avec prudence en décembre 2008 en Côte d’Ivoire, s’est d’abord implanté lentement, mais connait depuis les années 2010 une croissance exponentielle. Le produit est désormais présent dans 14 pays d’Afrique et du Moyen Orient où il compte 12 millions d’abonnés. Orange y annonçait un volume annuel de transactions gérées supérieur à 2 milliards d’Euros en 2013. Divers accords globaux se sont noués à partir de 2012, notamment avec Visa ou Western Union, pour élargir les possibilités d’utilisation du produit et traiter les transferts internationaux. Dans certaines implantations, le chiffre d’affaires généré par le mobile banking est la composante en plus forte expansion du chiffre d’affaires global. Forte de ces résultats, Orange multiplie les initiatives. Au Sénégal, sa filiale Sonatel a ainsi engagé en octobre dernier un partenariat avec la banque Bicis: il propose une connexion automatique possible entre le compte bancaire et celui d’Orange Money, à l’image des dispositifs offerts au Kenya. Surtout, Orange annonce son intention de demander à court terme une licence bancaire pour émettre de la monnaie électronique.

Ces licences spécifiques sont apparues dans divers pays depuis le début des années 2000 pour tenir compte des mutations technologiques de l’époque en termes de moyens de paiement. Elles ont reçu jusqu’ici peu d’applications, sans doute par suite des difficultés de mise au point d’une réglementation bien adaptée et des fortes exigences des Autorités de contrôle.. L’UMOA s’est dotée de cette réglementation en 2006 et c’est dans cette zone que le Groupe Orange prévoit de tester son projet. L’obtention de l’autorisation d’émettre de la monnaie électronique qui lui serait ainsi accordée le libèrerait de toute dépendance vis-à-vis des banques locales, moins ouvertes aux nouvelles approches qu’en Afrique de l’Est. Elle le mettrait au contraire en position de force pour négocier avec celles-ci d’éventuels accords, tels que celui d’une bonne rémunération de la monnaie scripturale qui reste associée à cette monnaie « virtuelle ». Cette expérience, menée par un acteur de tout premier plan qui bénéficie déjà d’une forte base de clientèle, devrait réussir. Elle pourrait alors modifier significativement le poids relatif des principaux moyens de paiement et des intervenants sur ce marché des moyens de paiement. Il est d’ailleurs vraisemblable que l’initiative du groupe français soit reproduite par ses concurrents, en Afrique de l’Ouest et ailleurs, ce qui génèrerait alors un nouveau bouleversement des systèmes bancaires africains.

Poussées par des contraintes de pérennisation à tout prix de leur clientèle dans une concurrence toujours plus vive, les grandes sociétés de télécommunications ont les moyens financiers nécessaires d’effectuer cette intrusion frontale dans ce qui reste pour l’essentiel une chasse gardée des banques. La partie n’est toutefois pas jouée. Les banques seraient d’abord elles-mêmes en mesure de contre-attaquer et de s’installer dans le secteur des télécommunications. Elles peuvent en effet trouver des alliés capables de combler leurs faiblesses techniques ou d’imaginer avec eux de nouvelles solutions. C’est la voie que veut emprunter au Kenya la puissante Equity Bank qui crée un opérateur virtuel en s’appuyant sur Airtel. De plus, les opérateurs de télécommunications, prompts à communiquer sur les masses d’argent qu’ils brassent et les volumes d’affaires qu’ils réalisent grâce au « mobile banking », sont plus que discrets sur la rentabilité qu’ils en tirent jusqu’ici. Celle-ci reste probablement très inférieure à celle de leurs activités classiques, voire encore négative pour la plupart des acteurs concernés. La pertinence financière du créneau est donc encore à démontrer.  L’arrivée sur de nouveaux terrains s’accompagne aussi la plupart du temps de nouveaux risques. Les opérateurs téléphoniques l’apprennent à leurs dépens : au Kenya plus de 100000 impayés sont déjà recensés avec M’Schwari, moins de deux ans après le lancement de ce produit de « mobile loan ». Enfin, il ne faut pas oublier que les moyens de paiement ne sont qu’un pan limité du champ d’action des banques : la diminution de leur place en ce domaine pourrait les amener à des actions plus vigoureuses sur d’autres aspects, comme celui du crédit, ainsi que l’attendent les populations et les entreprises.

Même si les évolutions à venir demeurent encore très ouvertes, il est certain que le « mobile banking » apporte un progrès considérable dans la panoplie des moyens de paiement disponibles  pour les populations, en particulier en Afrique subsaharienne. Il contribue à ce titre de manière exemplaire au caractère inclusif du développement du continent, qui est probablement l’enjeu majeur des trente prochaines années.   

Paul Derreumaux


2 Comments for this entry

vincent de brouwer
janvier 28th, 2015 on 18 h 22 min

La banque est un métier à part entière. Le risque que les opérateurs téléphoniques supplantent les banques, sinon pour le traitement des opérations de très petits montants, est à mon avis très réduit. Le développement de ces activités par les sociétés de téléphonie soulagera au contraire les banques, qui jusqu’à présent traitaient ces opérations à leur corps défendant. Il permettra par ailleurs aux banques l’accès à des ressources qui, sinon, “restaient sous l’oreiller”.

Je compare volontiers ce questionnement à celui des années 80, quand les banques craignaient que la désintermédiation court-circuite les banques au point de les rendre inutiles. Avec le recul, la désintermédiation ne semble pas du tout avoir freiné le développement du secteur bancaire. Les banques sont devenues conseillers des émetteurs et ont pu exploiter leur réseau de vente pour mettre les émissions sur le marché et démarcher des acheteurs. Ces activités, rémunératrices et sans risque par rapport à l’activité crédit, ont augmenté la part des commissions dans les revenus des banques, et donc amélioré la qualité de leur PNB.

De la même façon, gageons que le mobile banking s’avèrera un facteur de développement pour le secteur bancaire.

Cordialement,

Ahmadou Vilane
avril 10th, 2015 on 12 h 19 min

Je pense que l’avenir est à la fusion entre les opérateurs télécoms et les banques traditionnelles. Le succès du Mpesa au Kenya est non seulement exportable, mais marcherait dans la quasi totalité des pays de l’UMOA.

Prenons le cas du Sénégal,l’opérateur leader (Orange) a annoncé avoir plus de 8 millions de clients sur une population de 13,5 millions d’habitants soit à peu prés 60% ,si Orange obtient un agrément bancaire beaucoup de banques parmi les 22 qui existent au Sénégal fermeront boutique.

Les sénégalais sont friands de technologies nouvelles,pouvoir faire des retraits dans les DAB à partir de son téléphone, verser de l’argent sur son compte à partir d’une carte de recharge téléphonique etc… les possibilités sont illimitées.

Le plus gros chantier concernant cette mutation est le cadre réglementaire, profiter de l’expérience kenyane pour créer un cadre juridique souple,vigoureux pour le bonheur des populations et des banques/opérateurs.

Ahmadou Vilane
It System Engineer/Organisateur bancaire