Systèmes bancaires Subsahariens : « Big is Beautiful » ?

Systèmes bancaires Subsahariens : « Big is Beautiful » ?

Depuis près de trois décennies, le secteur bancaire est une des réussites de l’Afrique subsaharienne. Sur cette période et dans la plupart des pays, il a su surmonter la grave crise des années 1970/80, renaitre en se transformant profondément, s’épanouir en groupes régionaux et parfois panafricains, s’essayer aux opérations de fusions/acquisitions, toucher un public de plus en plus large, se moderniser constamment, s’approcher des standards internationaux. Certes les évolutions sont variables selon les pays et les régions, et des défis sont restés hors de sa portée, tels notamment ceux d’une inclusion financière suffisante des populations ou d’un financement plus important de l’économie. En beaucoup d’endroits, il est encore constitué d’une mosaïque d’établissements forts divers dans leur taille et leur santé financière, qui cohabitent en pratiquant à peu près les mêmes opérations avec les mêmes clientèles. L’heure pourrait cependant sonner d’un mouvement général de concentration des systèmes financiers nationaux, sous l’effet de deux principaux facteurs.

Le premier est celui des nouvelles contraintes légales de fonctionnement, qui s’harmonisent en se durcissant, pour les capitaux propres requis et pour les normes à respecter.

Pour le capital social, l’évolution est par exemple engagée dans les 8 pays de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) depuis longtemps. Entre 2007 et 2017, le capital social minimal, parti, il est vrai de très bas, a été multiplié par 10 et s’établit aujourd’hui à 10 milliards de FCFA, soit environ 17,5 millions de USD. Mais ce mouvement est continental et s’accélère. Touchant les pays les plus divers, il montre aussi que le nouveau plancher dans l’UMOA demeure bien modeste. En République Démocratique du Congo, au système bancaire pourtant dominé par des entités privées locales, ce capital minimum est fixé à 30 millions de USD depuis le 1er janvier 2019. A la même date, le seuil a été porté au Rwanda à 23 millions de USD, soit un quadruplement, pour les banques commerciales et à 60 millions de USD pour les banques de développement, et sera en vigueur dans les 5 ans. Au Ghana, c’est au 31 décembre 2018 qu’était fixée pour les banques l’échéance du nouveau minimum de 90 millions de USD. Le niveau des 100 millions de dollars US imposé en 2005 au Nigéria, qui paraissait alors gigantesque pour les autres pays subsahariens, est désormais tout proche.

Simultanément, les ratios prudentiels ont été durcis par l’adoption progressive de nouvelles réglementations inspirées des normes internationales actualisées. Ces ratios sont de plus en plus « consommateurs » de fonds propres, dont ils justifient donc les relèvements imposés. Même dans les quelques pays où les Autorités ne cèdent pas à cette inflation massive du capital social minimal, tel le Kenya, la valeur élevée des règles de fonctionnement établies suffit d’ailleurs en elle-même pour astreindre les banques à des capitaux propres très consistants afin d’éviter toute sanction. Pour l’UEMOA, en retard dans cet ajustement réglementaire, des normes plus contraignantes inspirées de Bâle II et III sont aussi applicables depuis le 1er janvier 2018 et se durciront annuellement jusqu’en 2022.

Ces changements impliquent pour tous les établissements bancaires de lourds efforts financiers, une gestion plus fine des risques, des stratégies plus réactives, de nouvelles approches de management, des aménagements de structures et la formation intensive des équipes pour l’élévation des compétences de celles-ci. Sur beaucoup de places, ils ont déjà entrainé mécaniquement la diminution du nombre d’établissements. Le mouvement s’était ainsi vérifié avec violence au Nigéria dans la période 2005/2010. Il en est de même au Ghana où le quasi-triplement du capital minimum a ramené début 2019 à 23 le nombre de banques agréées, contre 33 auparavant. Face à l’intransigeance du calendrier fixé, plusieurs institutions ont cessé leurs activités fin 2018 ou se sont transformées en sociétés de micro-finance.

Curieusement, l’UMOA est restée jusqu’ici à l’écart de cette tendance malgré les augmentations du capital minimal de 2007 et 2015. Le nombre d’établissements a même augmenté durant ces dix dernières années suite aux nouveaux agréments accordés par la BCEAO. La volonté de chaque banque, fut-elle petite, de garder son autonomie, la patience sans doute plus grande des Autorités monétaires, le niveau encore abordable du nouveau capital minimum expliquent ensemble cet état de fait. Les effets du nouveau dispositif prudentiel devraient être plus sensibles. Ainsi, à tout nouveau crédit est maintenant attaché immédiatement un montant donné de fonds propres. Toute insuffisance globale de ceux-ci interdit la moindre distribution de dividendes. L’automaticité de ces mesures réduit la marge de manœuvre des dirigeants comme des Autorités de contrôle. Hors fonds propres suffisamment consistants, impossible de grandir rapidement et même de rémunérer ses actionnaires. Dans cette nouvelle donne, il n’est pas certain que les banques en zone francophone continueront à faire exception. Les entités mono-pays ou les réseaux de taille modeste, mais aussi certains groupes dont les sociétés-mères sont sous capitalisées par rapport à leur propre réglementation pourraient rapidement avoir à choisir entre s’allier ou renoncer. L’évolution logique serait alors ici aussi un mouvement inédit de concentration du secteur.

Un second phénomène pourrait amplifier cette mutation : celui de la volonté des banques les plus puissantes de pénétrer quelques nouveaux périmètres où le développement des affaires apparait le plus prometteur à moyen terme. Le premier exemple est celui des moyens de paiement. Avec la double révolution du téléphone mobile et de la digitalisation, les banques ont subi l’incursion des sociétés de télécommunication sur leur territoire réservé. Ces dernières, initialement contraintes à un partenariat avec des établissements bancaires agréés, peuvent désormais bénéficier de licences spécifiques et limitées, et évoluent en toute indépendance. Or, le « mobile banking » et l’approche commerciale digitale sont à l’évidence deux éléments capables de faire rapidement progresser, enfin, l’inclusion financière, elle-même espoir d’une accélération de la croissance économique et du progrès social. Le développement rapide des nouveaux acteurs financiers créés par les opérateurs téléphoniques renforce la conviction que ce créneau est particulièrement porteur. Tous les groupes bancaires rêvent donc actuellement d’y être eux-mêmes présents, en profitant de leurs atouts dans la gestion des questions de conformité. Toutefois, les opérations de paiement pour de faibles montants unitaires impliquent, dans les domaines techniques, commerciaux et de relations avec la clientèle, des approches étrangères aux pratiques des banques, ce qui explique leur retard. En la matière, l’une des solutions les plus efficaces consiste sans doute à isoler cette activité hors du champ d’action classique des établissements existants.

C’est la même problématique qui pourrait être utilisée pour mieux assurer le financement des Petites et Moyennes Entreprises (PME). Même si chacun sait que c’est l’essor massif de ces types de sociétés qui donnera consistance à un développement profitable au plus grand nombre, les solutions optimales pour leur financement sont en attente depuis des décennies. Elles dépassent en effet le seul aspect des crédits à accorder et englobent des questions allant de la formation des chefs d’entreprises à une meilleure gestion financière de celles-ci en passant par un assainissement de leur environnement juridique et fiscal. Pour les banques soucieuses de relever le défi, l’isolement de ce pan d’activités dans une structure spécifique, éventuellement construite en partenariat avec d’autres intervenants dédiés à ces PME, permettrait d’isoler clairement, et sans doute de réduire, les risques encourus. Ceux-ci resteront inévitablement élevés, comme partout, mais les groupes les plus solides ne peuvent qu’être tentés par l’envergure de ce marché et les synergies escomptées.

Dans cette course impulsée à la fois par l’environnement réglementaire et les nouveaux enjeux commerciaux, les banques les mieux placées seront d’abord les meilleurs stratèges, celles qui sauront ajuster efficacement la gestion de leurs activités classiques aux nouvelles règles du jeu, mais aussi concrétiser des ambitions dans de nouveaux domaines prometteurs, à travers de nouvelles organisations appropriées. Mais ces capacités visionnaires supposent désormais une puissance financière beaucoup plus conséquente face aux investissements requis. C’est pourquoi les initiatives les plus avancées sont actuellement celles des banques qui possèdent aussi cet avantage. La Société Générale a ainsi déjà réorganisé ses équipes et ses structures, mais a en même temps lancé son entité Yup pour les paiements électroniques et projette la mise en place de « Maisons de la PME ». La banque marocaine BCP fait de même en menant simultanément la réorganisation de ses filiales subsahariennes, le démarrage de son offre de mobile banking pour cette zone et l’expansion de son réseau de microfinance Amifa. Dans le hub kenyan d’Afrique de l’Est, la Commercial Bank of Africa et la banque NIC unissent leur destin pour optimiser leurs complémentarités et constituer le troisième groupe kenyan: le nouvel établissement pèsera 30% de plus que la banque la plus importante de l’UMOA. Au Nigéria, Access et Diamond devraient former le premier groupe bancaire du pays, tandis qu’Ecobank et UBA restent en embuscade.

L’évolution naturelle de la profession bancaire devrait donc provoquer de nouveaux rapprochements permettant une meilleure efficacité des groupes qui subsisteront. Dans les régions réfractaires à de telles alliances, comme en Afrique francophone, la réduction du nombre d’acteurs pourrait résulter de l’impossibilité pour certains établissements à supporter simultanément la montée des exigences réglementaires et celle de la concurrence, ce qui entrainerait leur disparition. Dans ce cas, la concentration se doublerait sur chaque place d’une différentiation plus marquée qu’auparavant entre quelques établissements leaders à vocation universelle et des banques plus modestes au périmètre d’action limité.

Cette concentration, volontaire ou subie, sera-t-elle une bonne chose ? La réponse dépendra de la capacité des Autorités monétaires et administratives à assumer alors une nouvelle responsabilité : veiller à ce qu’une saine concurrence persiste entre les acteurs bancaires qui resteront en jeu, pour éviter que la puissance de ceux-ci ne s’exerce pas aux dépens du public et ne génère pas de nouveaux freins au développement.

Paul Derreumaux

Article rédigé le 05/02/2019












4 + huit =