Rapport Doing Business 2018

Rapport Doing Business 2018 : Un cru 2017 de modeste qualité pour l’Afrique

 

Le nouveau rapport Doing Business est arrivé. Et avec lui, son lot de transformations mises en œuvre, de classements de tous ordres, d’indicateurs de bien-être ou de mal-être pour les entreprises en chaque coin du monde. Espérée par les pays champions de la performance, crainte par les Etats lents aux changements, l’étude annuelle de la Banque Mondiale nourrit chaque année les commentaires des économistes. L’Afrique n’échappe pas à cet appétit : englués pour la plupart dans des retards considérables de construction d’un environnement satisfaisant de leurs entreprises, tous les pouvoirs publics guettent avidement la moindre amélioration de leur classement mondial pour communiquer sur celui-ci.

Le moindre progrès est en effet bienvenu pour que les Etats mettent en valeur leur attention et leur soutien au secteur privé, et leur capacité à changer positivement l’environnement des affaires. A contrario, tout ralentissement dans ces avancées vaut recul par rapport aux voisins et nécessité de faire profil bas. Dans le dernier rapport annuel, le statu-quo enregistré par rapport à 2016 coûte deux places au Mali qui recule au 143ème rang sur les 190 pays notés. Gageons que la communication sur ce document sera à Bamako cette fois moins intense.

Cet effet général d’émulation est très salutaire et doit être poursuivi. Toutefois, à coté de l’analyse pointilliste par chacun de son classement – combien de places gagnées ou perdues par rapport à l’année précédente en comparaison avec les pays de la région ou à l’économie comparable -, une autre grille de lecture laisse apparaitre quelques résultats d’ensemble.

D’abord les modifications du classement sont globalement modestes pour l’Afrique cette année. Neuf pays seulement figurent parmi les 100 premiers du classement mondial contre 10 l’année dernière, le Lesotho se repliant à la 104ème place. Pour les plus performants de l’an 2017, les gains ne sont impressionnants que pour Maurice et le Rwanda, qui occupent maintenant respectivement la 25ème et la 41ème place mondiale, et, dans une moindre mesure, pour le Kenya, la Zambie et 7 autres pays. Pour les 43 autres, les avancées sont modestes et réversibles, et ne concernent que 14 nations, les 29 autres étant en recul plus ou moins prononcé. Même si la quasi-totalité des Etats peuvent en effet mettre à leur actif des réformes, ce mouvement concerne aussi les économies non africaines et ces dernières progressent souvent plus vite que celles du continent. De plus, les changements légaux ou réglementaires ne se reflètent pas toujours avec la même ampleur sur le fonctionnement effectif des entreprises, ce qui explique les modestes résultats obtenus dans le classement.

Si les changements sont longs à concrétiser, c’est aussi qu’ils dépendent de l’existence d’une priorité politique, forte, durable, donnée au développement économique  et social, et d’une grande détermination dans sa mise en oeuvre à travers toutes les composantes de l’environnement des entreprises. A cet égard, les exemples de l’île Maurice, du Rwanda, du Maroc, et dans une moindre mesure du Malawi, sont connus : ici, une stratégie globale est appliquée de longue date pour transformer le pays, les effets concrets des mesures prises sont soigneusement suivis, et les retards et déviances rapidement corrigés par un puissant pouvoir central. Ces cas montrent d’ailleurs l’absence de corrélation stricte entre cette bonne maîtrise du devenir économique du pays et son niveau de démocratie. A contrario, les cas de l’Afrique du Sud, du Botswana, de la Tunisie, du Ghana ou de l’Egypte montrent que la perturbation ou l’amoindrissement de ce momentum politique entrainent une dégradation des conditions dans lesquelles opèrent quotidiennement les entreprises, surtout les petites et moyennes sociétés nationales. Il existe cependant des exceptions. Au Kenya et au Nigéria, où le pouvoir politique apparait actuellement faible, les gains constatés viennent sans doute essentiellement du système économique lui-même, puissant, diversifié et dynamique, et d’une administration suffisamment indépendante, qui trouvent dans leurs propres efforts d’organisation les clés de leurs meilleures performances. A l’inverse, des pays montrant dans la durée une croissance solide, comme l’Ethiopie, restent enfermés autour du 160ème rang mondial.

Enfin, le rapport exprime à la fois la prégnance des réalités régionales, mais la difficulté de les faire évoluer. Les huit Etats d’Afrique francophone sont regroupés entre la 139ème et la 156ème place mondiale, au milieu du peloton des nations subsahariennes. Leur situation individuelle n’y évolue que lentement et de manière réversible, même si la Côte d’Ivoire et le Sénégal semblent sur la bonne voie pour une véritable mutation des relations avec le secteur privé. Si la proximité des situations trouve bien son origine dans des structures économiques comparables, leur faible transformation peut aussi traduire le relatif échec de l’impulsion du changement par les instances de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Celles-ci ont en effet pour mission de consolider une intégration régionale censée introduire une dynamique porteuse de croissance et d’inclusion, agir comme catalyseur de réformes, et faire accélérer les pays les moins tournés vers le changement. Au vu des chiffres, la pression du statuquo l’emporte souvent sur la capacité de ces Autorités régionales à imprimer ce mouvement. Les données de l’Afrique centrale francophone confirment cette interprétation. Les 6 pays de la Communauté CEMAC se concentrent au bas du tableau, entre la 163ème et la 184ème place, et sont tous en recul. Si la conjoncture de 2017  n’a   pas facilité la tache des gouvernants, on constate aussi que les vertus d’une action collective n’ont pas été utilisées pour contrecarrer ces difficultés par des réformes structurelles adéquates.

En résumé, cette nouvelle « cuvée » de l’environnement des affaires parait peu favorable à l’Afrique, notamment subsaharienne. Même si ce nouveau rapport souligne que c’est la zone qui a réalisé le plus de réformes en 2017, l’absence de rattrapage sur les autres régions du monde est bien la conclusion dominante.

Ce résultat est certainement à relier au net ralentissement de la croissance économique sur le continent depuis début 2016. En phase de conjoncture défavorable qui impose ses urgences, il est plus difficile de trouver le temps, les moyens financiers et humains et l’énergie nécessaires pour donner vie aux changements structurels, même si ces transformations sont déjà décidées et peuvent apporter d’importants avantages pour le futur. Ces réformes sont sans doute aussi moins efficaces en période de croissance molle ou de récession. Mais le constat amène à regretter d’autant plus que les pays qui avaient bénéficié de taux de croissance élevés, parfois pendant une décennie, n’aient pas profité de cette manne pour bâtir plus vite un meilleur environnement des affaires, plus propice à la transformation de leurs structures économiques. . La 175ème  place de l’Angola et la 179ème du Congo  illustrent bien cette thèse, mais le reproche pourrait aussi s’appliquer à de nombreux pays non pétroliers ou miniers.

Les chiffres montrent encore que, dans beaucoup de cas, les actions réformatrices actuelles de l’environnement des affaires ne suffisent pas pour dynamiser la croissance et améliorer la position relative de l’Afrique subsaharienne. Au moins trois exigences complémentaires devraient être respectées : l’accélération du rythme des réformes et leur plus grande audace ; un suivi plus rapproché de leur mise en œuvre pour faire tomber les résistances et les oppositions ; l’accentuation des efforts dans tous les autres domaines de la stratégie de développement, depuis celui de la qualité du leadership politique à celui de la formation des ressources humaines.

Paul Derreumaux

Article publié le 15/12/2017












× six = 6