Priorité absolue en Afrique : l’emploi

Quelles clés pour empêcher la crise prévisible ?

 

L’Afrique semble avoir maintenant démontré sa capacité à développer une croissance économique  basée au moins en partie sur des ressorts internes. Les données récentes tendent à prouver aussi que cette croissance peut persister malgré des facteurs exogènes qui restent globalement peu favorables. Pourtant cette croissance peine à se transformer en un développement réduisant rapidement la pauvreté du plus grand nombre, en raison notamment de son incapacité actuelle à générer une offre d’emplois qui puisse équilibrer la demande de travail. Trois principaux facteurs expliquent ce déséquilibre et sa rapide détérioration actuelle.

Le premier résulte du fait que la progression des secteurs structurés les plus porteurs – banques, télécommunications, mines – est peu créatrice d’emplois. Fortement capitalistiques, les entreprises concernées suivent aussi des stratégies mettant l’accent sur une amélioration continue de leur productivité, pour mieux résister à une concurrence croissante et pour atteindre la rentabilité accrue réclamée par leurs actionnaires internationaux. Seul le secteur informel, qui a lui aussi fortement progressé dans les années récentes, grâce aux opportunités nées de ces quelques grandes entreprises mais aussi à une libéralisation progressive des économies, a généré de nombreux emplois. Ceux-ci, s’ils ont le mérite d’exister, sont cependant souvent mal payés, instables voire provisoires, sans qualification. Ils prévoient très rarement protection juridique ou sociale et se manifestent souvent sous la forme d’un auto-entrepreneur dont la « société » a souvent plus l’apparence du virtuel que du réel. Le secteur des télécommunications est un bon exemple de ce panachage : dans chaque pays, les plus grandes entreprises du secteur comptent souvent quelques centaines d’emplois formels très favorisés par les salaires comme par les avantages divers, et des dizaines de milliers de « petits boulots » liés à ce secteur. Ces emplois informels constituent certes un progrès par rapport à la situation antérieure, mais apportent peu d’ouverture autre que celle de la survie de ceux qui les occupent. Sur la base des tendances actuelles, le poids du secteur formel continuera à se réduire face au secteur informel et ne peut à lui seul garantir l’émergence d’une classe moyenne consistante contrairement aux idées désormais couramment admises.

Le second facteur est celui de l’explosion démographique que connait le continent depuis une vingtaine d’années et qui devrait se renforcer pendant encore une génération. Le « dividende démographique » souvent mis en avant, né d’une progression des « actifs » plus forte que celle des personnes qui ne sont pas en âge de travailler, ne pourra être considéré comme un avantage que si ces actifs potentiels ont effectivement un emploi générateur de richesse additionnelle dans le pays. Hors cette situation, l’existence d’une poussée démographique intense ne peut être synonyme que de difficultés supplémentaires sur le marché de l’emploi. Quelques données chiffrées l’illustrent aisément. Dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest, par exemple, la population globale va plus que doubler d’ici à 2050 et le nombre de demandeurs d’emplois va progresser encore plus vite. Faute d’une création intensive d’emplois, le nombre de chômeurs et de personnes ne disposant que d’activités temporaires et sans consistance réelle risque de croître de façon exponentielle. Dans des pays où l’indice global de fécondité reste encore supérieur à 7 comme c’est par exemple le cas au Niger, la situation pourrait devenir insupportable.

Le troisième élément est une inadéquation majeure entre les caractéristiques des demandeurs d’emplois et le profil des compétences que recherchent les entreprises. Malgré les progrès réalisés, les systèmes éducatifs ne sont en mesure de répondre ni quantitativement ni, surtout, qualitativement aux besoins. Ceux-ci se multiplient en effet avec la poussée démographique alors que les moyens financiers et humains des Etats et des administrations demeurent limités et doivent se partager entre de multiples urgences. Il en résulte une faiblesse croissante du niveau de formation générale et professionnelle des jeunes. Dans la plupart des pays, l’insuffisance de personnels possédant les compétences adéquates, surtout aux niveaux des cadres moyens, techniciens et ouvriers qualifiés, touche administrations et entreprises, freine spécialement l’essor des secteurs centrés sur les nouvelles technologies et pénalise la productivité de nombreuses sociétés.

Ces trois déséquilibres sont en constante aggravation. Ils pourraient conduire à des explosions sociales en raison de leur intensité croissante et de l’ampleur des masses humaines en jeu. Les mesures capables de les résoudre sont certes difficiles et ne peuvent souvent développer leurs effets qu’à moyen terme. Ce sont là deux raisons supplémentaires pour conférer à cette question de l’emploi une priorité absolue et un souci constant de résultats concrets et visibles, qui apparaissent mal dans les programmes d’actions des Etats africains. Pourtant, des voies existent pour faire évoluer positivement la situation.

La première, et la plus importante, est bien sûr l’accroissement des activités à forte intensité de main d’œuvre, notamment industrielles et agricoles. Les handicaps de l’Afrique en la matière sont connus et réels : ils s’expriment notamment dans le coût élevé du travail par rapport à sa faible productivité. Les facteurs explicatifs de cette situation sont nombreux et divers selon les pays : Codes du travail souvent plus protecteurs des droits des salariés, des entreprises formelles qu’ils ne le sont dans nombre de nations émergentes ; carences graves des formations professionnelles ; manques fréquents d’investissements en machines et matériels de bonne qualité ; faible tradition industrielle ; protections tarifaires et non tarifaires insuffisantes des productions nationales naissantes, souvent sous la pression de la Banque Mondiale ; compétition déloyale des importateurs de produits concurrents par suite de la fraude douanière ; handicap monétaire occasionnel pour certains pays, comme ceux de la zone franc ; marchés nationaux trop étroits pour une bonne rentabilité. Beaucoup de ces difficultés illustrent  une fois de plus la faiblesse des Etats et de leurs politiques face à la complexité des questions à traiter. Plusieurs données concourent cependant à améliorer les possibilités de l’Afrique dans ces domaines : la poussée démographique et l’urbanisation qui augmentent le public potentiel ; la tendance croissante à l’intégration régionale, qui élargit les marchés ; la prise de conscience récente des Autorités et des grands bailleurs que la dynamisation des secteurs agricole et industriel est vitale pour un véritable développement ; la réduction progressive de l’avance de compétitivité des grands pays émergents, et notamment de la Chine, qui les oblige à délocaliser leurs productions. L’Ethiopie est citée en exemple, avec raison, des potentialités qu’offre la conjonction de ces éléments, et ses réalisations, dans l’agriculture et les industries textiles par exemple, l’illustrent. Les investissements chinois récemment annoncés au Mali, pour plus de 150 millions d’EUR, montrent que ce mouvement peut être généralisé. L’accent porté sur les Chaines de Valeur Mondiales (CVM) relève de la même approche et peut concourir à l‘expansion simultanée de l’agriculture et de l’industrie, ainsi qu’en témoigne le cas de la Côte d’Ivoire pour la filière cacao.

Une deuxième solution est celle de l’obtention d’un impact local beaucoup plus fort des implantations des groupes internationaux. Certes, ces investissements « structurants » ont des effets décisifs sur le taux de croissance et les infrastructures. Toutefois, les Etats hôtes prennent rarement en compte la dimension de la création d’emplois locaux dans leurs négociations avec ces investisseurs. La rentabilité que ceux-ci dégagent permettrait d’être plus directif quant à leurs obligations d’appui à la création de sociétés nationales de sous-traitance et de coopération avec celles-ci, de financements de structures d’enseignement technique et de formation professionnelle répondant à leurs besoins, de soutien multiforme à des investissements « collatéraux » dans leur périmètre permettant l’émergence d’autres activités. Ces exigences devraient spécialement s’appliquer aux opérations minières, dont la durée de vie dans un pays est toujours limitée. Les actions engagées au Mali par les actionnaires de la mine d’or de Morila, qui fermera en 2017, illustrent cette possibilité. Pour d’autres entreprises, qui initient d’elles-mêmes de tels partenariats – sociétés de télécommunications, entreprises du Conseil Français des Investisseurs en Afrique (CIAN) par exemple -, les réalisations pourraient servir d’exemples et être étendues à grande échelle. Les acteurs privés sont en effet souvent plus efficaces pour ces actions puisqu’ils sont aussi les utilisateurs des personnes formées. Les Etats pourraient alors se concentrer sur l’éducation de base et les formations générales qui demeurent le soubassement nécessaire.

Une troisième piste est celle des innovations possibles dans de nombreux secteurs. Les technologies modernes offrent en effet pour beaucoup d’activités des réponses nouvelles qui peuvent alléger fortement la taille des investissements  et simplifier les formations requises des salariés. Même si l’appui aux innovations consenties par les Etats africains reste désespérément faible, les nouvelles générations d’entrepreneurs privés du continent ne sont pas inactives et se distinguent parfois par des inventions très porteuses : tablettes numériques « made in Africa » ; applications sur téléphone mobile pour les agriculteurs, les médecins ou les étudiants ; transformations inédites de produits agricoles locaux pour la consommation nationale ou l’exportation ; … Ces actions pouvant bénéficier  de tous horizons de supports financiers bien adaptés, elles devraient se multiplier et provoquer un effet accélérateur de création d’emplois et de richesses collectives. Il s’agit ici d’encourager par tous les moyens les entreprises, même de taille modeste, construites sur une technologie ou une approche innovante, en s’efforçant qu’elles intègrent autant que possible le secteur formel.

Ces politiques ne sont pas bien sûr exclusives d’autres solutions. Le temps nécessaire pour leur impact et le poids croissant des déséquilibres entre offre et demande d’emplois exigent au contraire que d’autres voies soient aussi identifiées et utilisées d’urgence pour créer le maximum d’emplois. Quelle que soit la fertilité de ces réflexions, il parait cependant peu probable que celles-ci suffiront pour générer partout des postes de travail suffisants par rapport à la poussée démographique inusitée qui va se poursuivre. Pour éviter une explosion du chômage, constaté ou « déguisé » sous forme d’activités informelles épisodiques et de survie, il est indispensable que les Etats intègrent dans leurs analyses, avec lucidité et transparence, les possibilités de rééquilibrage qu’apportent les migrations. Celles-ci ont toujours été notables sur le continent, et particulièrement dans certaines régions ou pays, et ont concerné tant les migrations entres Etats d’Afrique qu’à l’extérieur de celles-ci. Elles ont jusqu’ici été avant tout le fruit de décisions individuelles ou de traditions ethniques, sans véritable encadrement étatique autre que celui de brutaux coups d’arrêt temporaires des nations hôtes. Elles ont pourtant été décisives pour le développement économique des pays ou régions d’accueil et un moyen efficace d’ajustement pour les pays de départ. Les drames actuels liés aux conditions dans lesquelles s’effectuent une bonne part des migrations -irrégulières- à l’extérieur du continent montrent que ces mouvements s’intensifient. Il est étrange que l’information sur ces évènements soit uniquement le fait des médias occidentaux et que les Etats africains restent très silencieux alors qu’ils portent une grande part de responsabilité de ces mouvements de population. En Europe, les résistances croissantes des Autorités et des opinions publiques risquent de faire le lit des partis populistes et xénophobes et de durcir les exigences posées pour les immigrations régulières. Le durcissement des barrières érigées n’arrêtera pourtant en aucun cas la volonté d’entrée de jeunes qui ne trouvent rien dans leur pays d’origine : l’absence d’espoir entraîne aussi l’absence de peur.  Il est donc plus qu’urgent que les nations les plus touchées par une forte émigration s’attaquent frontalement à ce problème. Les solutions proposées bénéficieront à coup sûr d’une solidarité européenne plus facile à mettre en œuvre que pour l’accueil de ces migrants dans les pays du Nord, et contribueront nécessairement à renforcer les créations d’emplois sur le continent.

Paul Derreumaux

 












+ 6 = quatorze