Ombres et Lumières d’Afrique – Chroniques d’un banquier atypique

OMBRES ET LUMIÈRES D’AFRIQUE – Chroniques d’un banquier atypique

Le livre que je viens de publier sous ce titre donne l’occasion d’analyser, à travers nombre d’actualités bancaires, économiques  et politiques de l’Afrique subsaharienne, les progrès mais aussi les faiblesses du développement constaté sur cette partie du continent sur les dix dernières années.

Publié par la maison ivoirienne d’édition NEI-CEDA, l’ouvrage est actuellement disponible en ligne au titre des publications de cette société, et dans les librairies d’Abidjan et de Bamako (et bientôt à Paris, Dakar et quelques autres villes). http://www.nei-ceda.com/fr/accueil/1067-ombres-et-lumieres-d-afique.html

J’espère que vous serez nombreux à le lire.

En voici l’introduction.

Il y a quarante ans, une offre d’emploi m’a conduit à quitter la France et à m’installer à Abidjan, sans que j’imagine alors l’importance que l’Afrique allait prendre dans ma vie professionnelle comme personnelle. En 1982, j’ai endossé au Mali l’uniforme de banquier et me suis engagé dans l’aventure exceptionnelle de la création, de la direction et du développement du réseau bancaire BANK OF AFRICA. Dès lors, le caractère à la fois prenant et passionnant de cette responsabilité bancaire a fait que je n’ai plus guère eu d’autre horizon jusqu’à fin 2010. A cette date, le  recul que j’ai pris par rapport à ces fonctions pouvait m’amener à me détacher du continent et à poser enfin mes valises dans mon Nord natal: il n’en fut rien. Mon destin sera finalement indissociablement lié à l’Afrique, et le Mali est bien devenu ma seconde patrie.

Durant toutes ces années, j’ai évidemment beaucoup travaillé sur les dossiers techniques les plus divers de pratique bancaire, puisqu’il m’a fallu maîtriser  tous les aspects du métier pour diriger au mieux mes équipes, mais aussi parce que cette profession a considérablement évolué sur cette longue période en Afrique subsaharienne. Toutefois, la partie de ma mission qui m’a le plus intéressé est celle de la construction de toutes les sociétés que nous avons successivement créées et du Groupe dans lequel elles se sont peu à peu intégrées. Assembler toutes les composantes indispensables pour qu’une société existe, les mettre en cohérence optimale pour que chaque entreprise soit placée dans les meilleures conditions pour grandir, ajuster l’organisation des sociétés à leur taille au fur et à mesure de l’évolution de celles-ci, complexifier l’assemblage en multipliant des entités liées entre elles pour en tirer le maximum de puissance et de synergie, m’ont toujours irrésistiblement attiré. Bien que la banque ait totalement focalisé mes pensées professionnelles pendant trois décades, elle n’a donc pas phagocyté ma personnalité : je suis resté un banquier atypique, plus prêt à savourer  la beauté et la solidité de mes constructions que les chiffres que je me retrouvais à manier, finalement plus bâtisseur que comptable.

Il y a quelques temps, une journaliste avide de scoops me réclamait des détails croustillants, des noms, des histoires de pots-de-vin ou autres ragots scabreux qui pourraient exciter la curiosité malsaine de ses lecteurs. J’ai dû beaucoup la décevoir en lui disant que je ne pouvais

guère la renseigner. Non pas parce que je n’avais jamais entendu parler de tels événements ou personnages scandaleux dans les contextes où je me trouvais, mais parce qu’ils ne m’avaient jamais vraiment intéressé et que j’avais réussi à les écarter de mon contexte professionnel. Mes compagnons de route et moi-même avons certes connu des périodes de difficultés et de crises, parfois sérieuses, mais celles-ci relevaient toutes du registre normal de la vie d’une société. Je crois d’ailleurs sincèrement qu’il en est de même pour la plupart des chefs d’entreprise. Ce ne sont pas ces personnages douteux ou les faits auxquels s’attachent leur nom qui feront évoluer positivement le continent et j’ai à leur égard une capacité d’oubli et de mépris étonnante.

L’environnement de l’Afrique subsaharienne dans laquelle je vis sans discontinuer depuis si longtemps et l’affection que je porte aux populations de ce continent m’ont poussé depuis longtemps vers d’autres centres d’intérêt. Autour de moi, depuis le début des années 1980, s’accumulent à la fois tant de changements et d’améliorations, mais aussi tant d’échecs et tant de retours en arrière. Face à ce « tango » permanent, vraisemblablement inévitable, il est d’autant plus difficile de se sentir apaisé que les défis posés au continent sont de plus en plus pressants: la poussée démographique en cours et le retard en innovation par rapport au reste du monde figurent parmi les plus dramatiques de ces challenges. Face à l’immensité et à l’immédiateté des besoins, deux positions m’ont toujours paru naturelles.

Celle de la réflexion critique d’abord : Pourquoi cette lenteur dans l’action et ces hésitations dans les progrès accomplis ? Pourquoi l’urgence n’apparaît-elle pas obsédante pour la plupart des responsables africains ? Pourquoi tant de fourvoiements qui auraient pu être évités et se poursuivent malgré tout? Pourquoi les Présidents, qui passent tant de temps à voyager, manquent-ils de volonté à appliquer dans leurs pays les modèles qu’ils rencontrent ailleurs ? Autant d’interrogations qui s’imposent à moi et que j’ai envie de partager car, j’en suis sûr, beaucoup font la même analyse et s’impatientent, soucieux que les avancées se multiplient et s’accélèrent.

Celle de l’action, ensuite. Quel que soit l’endroit où se porte le regard en Afrique, on ne peut qu’être effaré par l’ampleur des retards à combler et des situations à transformer. Les grands projets, dits « structurants », sont certes nécessaires. Ils se mettent toutefois en place avec trop de lenteur, souvent paralysés par l’impéritie des Etats, les égos des institutions de financement et des investisseurs, et les discussions qui s’éternisent sans raison entre ces différentes parties prenantes. On pourrait y ajouter les discours de ceux qui se complaisent à parler d’investissements gigantesques en rêvant des profits qu’ils peuvent leur apporter mais qui ne savent pas vraiment ce que représentent de telles sommes. Par éducation, par modestie peut-être, par analyse de mon environnement surtout, j’ai au contraire toujours été convaincu que mille petites réalisations bien faites ont évidemment beaucoup plus d’impact qu’un grand projet toujours annoncé et jamais concrétisé. Or l’Afrique fourmille d’initiatives, parfois microscopiques, mais formidablement courageuses. Elles sont souvent le fait de personnes qui jouent ainsi leur survie. Les plus porteuses d’entre elles sont celles de jeunes entrepreneurs qui ont renoncé à frapper à des portes restant fermées et préfèrent agir eux-mêmes. L’exemple des grandes sociétés de « IT » nées dans des garages de la Silicon Valley leur sert sans doute de référence. L’expérience si riche de la BANK OF AFRICA, comme quelques autres « success stories », montre d’ailleurs que, même en Afrique, une grande oeuvre peut commencer petitement dès lors qu’elle correspond à un besoin réel et qu’elle est menée avec persévérance.

Même  en étant en « retraite », comme je le suis maintenant, c’est ce mélange de la réflexion et de l’action qui demeure le moteur de mon existence. Tout en restant très prudent, je m’obstine en effet à penser que le clair-obscur qui caractérise présentement l’Afrique, notamment subsaharienne, peut évoluer vers des paysages davantage baignés de clarté. « Il n’y a pas de lumière sans ombre » disait Aragon. Tâchons donc ensemble d’amplifier les lumières et de les apprécier d’autant mieux que nous aurons combattu avec succès des ombres menaçantes.

Paul Derreumaux

22/09/2016


3 Comments for this entry

Majid kamil
octobre 27th, 2016 on 13 h 22 min

Impossible de trouver votre livre à Abidjan ou à Dakar. Et pas non plus à Conakry où je réside.
Comment faire?
Merci

    Paul DERREUMAUX
    novembre 17th, 2016 on 18 h 13 min

    Cher Monsieur,

    Le livre est maintenant disponible à Abidjan (à la FNAC, La Librairie de France et d’autres librairies du Plateau notamment) et il va l’être en novembre courant à Dakar (à la Librairie des Quatre Vents).
    Rien n‘est encore prévu pour Conakry malheureusement, mais vous pouvez acheter le livre en ligne sur le site de la maison d’édition NEI-CEDA à Abidjan, et le livre vous sera normalement livré.

    Cordialement et merci pour votre intérêt pour cet ouvrage.

    Paul Derreumaux

Paul DERREUMAUX
novembre 7th, 2016 on 10 h 02 min

Cher Monsieur,

Merci pour votre aimable commentaire sur mes articles.

Cordialement.

Paul Derreumaux











7 + six =