Hommage à Seydou Badian Kouyate

Hommage à Seydou Badian Kouyate

 

Le Mali est en deuil. Et l’Afrique francophone sans doute également.

Seydou Badian Kouyate nous a dit au revoir dans la nuit du 28 décembre dernier, s’endormant paisiblement pour l’éternité. La douceur de son décès tranche avec le fracas de sa disparition, à Bamako comme ailleurs en Afrique.

Son départ met en effet en pleine lumière l’intensité de sa vie et de ses œuvres éclectiques. Politique avant tout, jusqu’au fond de son esprit et dans tout son être, mais aussi écrivain, poète, penseur, homme d’action, grand voyageur, conseiller de quelques chefs d’Etat africains, ne redoutant pas la polémique si celle-ci était justifiée à ses yeux, il savait utiliser tous les talents insufflés en lui.

Il fut bien sûr avant tout un des piliers du Rassemblement Démocratique Africain (RDA) et, au sein de celui-ci, un de ceux qui, aux côtés du Président Modibo Keita, menèrent le pays à l’indépendance. Le Mali eut alors la chance de compter quelques hommes charismatiques, dont le souvenir plane encore sur le pays. Bien plus tard, j’ai eu la chance d’en connaitre quelques-uns. Certains sont illustres, tels Me Demba Diallo, avocat de talent et activiste de génie, clamant son « S’en fout la mort » en tête des manifestations de 1991, ou Mamadou Amadou Aw, brillant ingénieur des ponts et chaussées, analyste remarquable des situations et des hommes, à la voix si posée mais à la détermination si forte. D’autres ont fini dans l’ombre, mais dans la dignité qui semblait les caractériser. Seydou Badian, comme on l’appelle affectueusement, était en 1960 un des plus jeunes de cette troupe d’audacieux mais, du haut de ses 32 ans et fort de son enthousiasme, il se trouva vite dans les premiers rangs. Il était alors déjà un écrivain célèbre avec son premier roman « Sous l’orage », mais la passion de la politique fut plus forte que tout. Quel pouvait être en effet plus grand dessein que sortir un pays et un peuple de la colonisation ? N’était-ce pas transcrire dans la réalité le roman le plus palpitant qu’on puisse imaginer ? Lancé dans tous les combats pour cette cause, ses qualités de débatteur, d’organisateur, de théoricien, mais aussi son charisme et son goût du concret ont été des atouts précieux en ces heures cruciales de la naissance du Mali. Tout le monde retient bien sûr qu’il écrivit l’hymne national du Mali, même s’il aimait à dire lui-même que ce fut une œuvre collective. Mais sa personnalité le conduisit surtout à des responsabilités ministérielles, à l’Economie Rurale, puis au Développement. Encore son amour de la réalité des faits, eux qui ne mentent pas. Ses études universitaires de médecine à Montpellier le servirent alors sans doute pour mener avec méthode l’immensité des chantiers économiques que devait affronter la jeune République. Il fallait en effet concevoir et organiser, puis convaincre sur le terrain, ne craindre ni les nouveautés ni ceux qui s’y opposent par principe. L’alliance de ses capacités visionnaires et de son goût pour les réalisations concrètes trouvait là un moyen idéal de s’exprimer et le conduisait à donner le meilleur de lui-même au service de tous. Les obstacles dressés face à la jeune équipe étaient pourtant aussi gigantesques que leur ardeur à se battre. Les difficultés des relations avec l’ancienne puissance coloniale, la complexité des liens avec l’URSS, allié indispensable mais encombrant du nouveau régime isolé, la méfiance de la puissante classe des commerçants, délestés de leurs activités par les nouvelles entreprises étatiques, creusèrent beaucoup de chausse-trappes qui ont finalement eu raison des ambitions de développement à orientation socialiste des dirigeants de l’époque. Au moins les principaux membres de l’équipe en place restèrent-ils fidèles jusqu’au bout à leurs idéaux de l’indépendance et cette loyauté conduisit beaucoup d’entre eux dans les geôles de Moussa Traore à Kidal en 1968. Il n’avait que 40 ans.

Seydou Badian en sortit en 1975. Après s’être installé au Sénégal, il effectuera plusieurs séjours au Maroc où il eut de très bonnes relations avec le roi Mohamed V. Nul doute que son intelligence, sa capacité visionnaire, sa force d’explication ont  pu séduire un roi qui cherchait alors à faire entrer son pays dans la modernité. Mais le mal du pays était trop fort.

De retour au Mali, Seydou Badian Kouyate va continuer à alterner, ou plutôt à mêler,  l’action et la réflexion, dans son pays comme à l’étranger. A Bamako, il continue d’abord avec succès son travail d’écriture mais ses romans et ses essais restent imprégnés des thèmes qui le hantent : le rejet de la colonisation, le combat pour l’égalité. Il devient aussi peu à peu un ancien, écouté avec respect des puissants, mais surtout admiré par la jeunesse dont il partage toujours la fougue.. Lorsque des étudiants l’interrogent et lui demandent des conseils, se plaignant d’une dégradation morale du pays, il leur répond que les solutions ne peuvent venir que d’eux-mêmes et qu’ils doivent prendre leurs responsabilités. Il sait très bien ce dont  il parle. A l’étranger, ses anciennes responsabilités lui ont donné une foule de relations et ses qualités de stratège politique, de visionnaire réaliste sont intactes. Il devient donc un conseiller de premier plan de plusieurs Chefs d’Etat, notamment en Afrique Centrale. Respectée par tous, y compris par ceux qui n’épousent pas ses idées, sa personnalité séduit autant qu’elle dérange : peu lui importe, son objectif n’est pas de plaire, mais de convaincre et de faire progresser l’Afrique. Jusqu’à ces tout derniers temps, il aura ainsi ce rôle de « lanceur d’idées » que si peu de gens ont la capacité de tenir.

Homme public aussi prestigieux qu’il était discret, voire secret, Seydou Badian était aussi un homme privé particulièrement attachant. Accueillant, souriant, toujours ouvert aux débats amicaux où sa culture et son expérience stimulaient les échanges, tous ses visiteurs se sentaient rehaussés par l’intérêt qu’il savait leur porter. En sa villa modeste dans le quartier de l’Hippodrome, il goûte profondément sa vie de famille avec son épouse Henriette et leurs fils. Ses voyages sont si nombreux, ses occupations si multiples : son obsession est d’utiliser au mieux ce temps qui lui est si rare. Il aura la chance de fêter ses soixante ans de mariage avec Henriette avant que celle-ci s’éteigne. Depuis, une part de lui-même semblait être ailleurs, déjà près d’elle. Il l’a rejointe deux ans jour pour jour après son départ. Il est des choses étranges que la raison ne peut saisir mais qui ne peuvent être le fait du hasard.

Paul Derreumaux

Article publié le 11/02/2019












+ 4 = douze