Banques Françaises en Afrique : un nouveau repli

Banques Françaises en Afrique : un nouveau repli

 

La banque française BPCE devrait prochainement céder à la banque marocaine BCP ses quatre entités bancaires  au Cameroun, à Madagascar, en République du  Congo  et en Tunisie. Les deux groupes ont annoncé cette opération de rachat le 25 septembre dernier et, même si la transaction n’a pas encore reçu l’approbation des Autorités monétaires concernées, tout laisse à penser qu’elle sera validée. Dans cette hypothèse, l’opération est d’importance à trois titres.

D’abord, elle marque le repli d’Afrique, au moins pour une longue période, de l’un des plus grands groupes bancaires français. Celui-ci n’a jamais fait partie du « club » des grands groupes africains, mais, depuis longtemps, a été présent et a fait preuve de velléités de croissance sur le continent. Sa filiale Natixis est ainsi restée actionnaire pendant plus de dix ans de la BANK OF AFRICA et a envisagé d’y être majoritaire. Plus récemment, l’ancien Président de la BPCE avait annoncé publiquement à plusieurs reprises sa volonté d’investissements massifs en Afrique francophone. La nouvelle décision montre que cette stratégie est révolue, en raison de nouvelles priorités globales, de déconvenues locales et d’hésitations trop fréquentes des dirigeants. Seules quelques filiales resteront engagées dans plusieurs pays africains, telles Natixis en Algérie et la BRED à Djibouti. Cette sortie suit de peu celle de la BNP, qui vient de réduire à 6% sa participation dans la banque gabonaise BICIG, au profit de l’Etat déjà majoritaire. Après le départ brutal du Crédit Agricole en 2008, déjà au profit des marocains d’Atijariwafabank, le « bouquet » des banques françaises continue donc à s’étioler, La seule exception, remarquable, est celle de la Société Générale qui reste offensive sur ses 16 places d’implantation africaine et s’y engage activement dans la digitalisation de ses opérations. L’évolution peut surprendre à un moment où les Autorités politiques françaises soulignent leur volonté de faciliter au maximum le développement de la zone subsaharienne, et où de grandes entreprises de l’hexagone continuent à peser dans l’économie des pays d’Afrique francophone. Le message est pourtant clair : pour le système financier français, plongé dans une compétition mondiale, soumis à des règles prudentielles drastiques et à la dictature des exigences de conformité, le continent compte désormais plus de risques que de perspectives profitables, et son soutien aux entreprises françaises en Afrique s’effectuera surtout au niveau de leurs sièges sociaux.

En second lieu, le Maroc renforce d’un coup sa position globale dans les systèmes bancaires africains. Il était déjà le mieux représenté dans l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) où les trois banques marocaines trustent en 2016 33% des bilans bancaires. Dans la zone de la Banque des Etats d’Afrique Centrale, le bond va être significatif puisque le BICEC, incluse dans la transaction, est la deuxième banque du Cameroun et compte une filiale au Congo. Sur l’ensemble de la zone franc, les banques marocaines  prises globalement devraient renforcer leur « leadership » pour les principaux indicateurs d’activité et de résultat. Elles devanceront ainsi définitivement les banques françaises et relègueront au second plan les groupes subsahariens, à l’exception du géant Ecobank encore en convalescence. L’opération va par ailleurs intensifier la concurrence effrénée qui existe entre les trois mastodontes du royaume chérifien. Partie en tête en 2007, la BMCE-BANK OF AFRICA a depuis été rejointe par ses deux consoeurs. Certes, elle peut se targuer d’être la plus panafricaine grâce à ses filiales en zone anglophone. En revanche, seules Atijari et BCP sont directement présentes en Afrique Centrale où elles sont désormais des « poids lourds ». Avec son entrée à Madagascar et au Congo, la BCP poursuit aussi son internationalisation subsaharienne et, avec sa nouvelle filiale tunisienne, marchera sur les talons de Atijari bien installée à la fois dans ce pays et, depuis peu, en Egypte. Cette compétition va probablement encore s’intensifier, en Afrique comme sous d’autres cieux, mais un résultat est déjà bien tangible : la zone subsaharienne pèse de plus en plus dans le bilan de ces trois banques, mais aussi dans leurs profits… comme dans les risques encourus.

Le troisième constat est que ce transfert d’actifs devrait changer peu de choses pour les pays des filiales touchées. Certes les banques marocaines apportent en général à leurs réseaux une plus forte volonté de croissance que les établissements français, grâce à une expérience commerciale et technique qui a fait ses preuves dans leur pays d’origine. Elles accentuent ainsi les politiques menées par les banques privées locales depuis la fin des années 1990 à travers une meilleure présence sur le terrain, un élargissement de la bancarisation et une modernisation des techniques. Mais, comme leurs homologues français, elles obéissent à des stratégies fixées par les maisons-mères extérieures à la zone et prenant avant tout en considération les besoins de celles-ci. Il leur sera donc difficile d’apporter les solutions financières les plus innovantes et efficientes, et donc les plus audacieuses, pour transformer en profondeur les structures économiques des pays subsahariens, en particulier du côté des petites entreprises et des ménages. De plus, compte tenu de leur position systémique, au Maroc comme dans leurs pays d’implantation, les Autorités monétaires de tous les pays concernés mènent sur leur activité une surveillance coordonnée et très exigeante, qui va de plus en plus limiter leurs initiatives. Enfin, certaines tendances récentes pourraient accentuer les limites actuelles des forces des banques marocaines. La part de capital local dans les filiales a été sensiblement réduite, au-delà de ce qui était nécessaire pour un contrôle serein, diminuant ainsi l’implication des actionnaires nationaux. De plus, alors que des besoins supplémentaires en fonds propres des filiales subsahariennes sont observés partout et spécialement marqués en zone franc avec la mise en place des normes de Bâle II§III, les conséquences pourraient être délicates pour les groupes marocains. Leurs maisons-mères sont en effet elles-mêmes soumises à des exigences en capitaux de plus en plus pesantes et la mobilisation des ressources nécessaires aux filiales pourrait ainsi s’avérer difficile ou exiger des alliances a priori peu souhaitées. Enfin, dans la bataille pour les nouveaux moyens de paiement et l’approche de la clientèle par la digitalisation, l’offensive vient essentiellement des groupes de télécommunications qui ont pénétré l’activité bancaire alors que les réseaux dominés par l’Afrique du Nord sont encore en retard.

La partie n’est donc pas finie. L’avenir appartiendra avant tout à ceux qui réussiront à ajuster efficacement leurs méthodes de fonctionnement à l’environnement actuel et sauront ainsi le modifier à terme. Reste à voir quels acteurs seront les mieux placés pour cela.

Paul Derreumaux

Article publié dans le Quotidien l’Opinion (n°1363) du 15 octobre 2018

https://www.lopinion.fr/edition/international/banques-francaises-en-afrique-subsaharienne-vers-nouveau-repli-165226












+ 4 = onze