Au revoir, Soumaïla

Au revoir, Soumaïla

Au Mali, comme en beaucoup d’autres lieux, au moins en Afrique, Soumaïla Cissé était pour le plus grand nombre tout simplement Soumaïla, comme s’il était le parent ou même le frère que chacun de nous voudrait avoir. Pas de sigles en trois lettres comme pour beaucoup d’hommes politiques qui se sentent peut-être ainsi pousser des allures de Kennedy. Seulement un prénom qui suffisait à tous pour le reconnaitre.

La nouvelle de sa disparition a donc abasourdi ce 25 décembre toutes les Maliennes et tous les Maliens, mais aussi tous ceux qui, de l’étranger, personnalités éminentes ou simples citoyens du monde amis du continent, connaissent bien le Mali. Comment croire que Soumaïla nous quittait ainsi alors que nous l’avions à peine retrouvé après la longue période de son enlèvement. La multitude des actions, des prières, des appels de ceux qui souhaitaient sa libération avait à l’époque témoigné de toute l’affection dont il bénéficiait au Mali, bien au-delà du parti qu’il conduisait, et à l’extérieur du pays. Car Soumaïla nous était, et va nous rester, cher pour plusieurs raisons : par ce qu’il a accompli, par ce qu’il était, par ce qu’il a souffert et par ce qu’il symbolisait pour beaucoup.

Son parcours est connu. Sa diversité et sa réussite témoignent de la qualité de l’homme, mais aussi de la façon dont il concevait ses missions : pour lui, la réussite ne peut se prouver que dans l’action, la rigueur et les résultats obtenus. C’est ainsi que, sa vie durant, qu’il s’agisse d’économie ou de politique, il aura à cœur de « faire bouger les lignes » et de laisser chaque fois que possible la trace de son passage tout en tirant les enseignements des missions qui lui sont confiées. La trajectoire en quatre étapes qu’il a suivie après son retour au pays est une bonne illustration de la cohérence de sa vision et de la complétude de son expérience. La vie en entreprises d’abord, avec le géant cotonnier de la CMDT et l’Agence de Cessions Immobilières (ACI), qu’il crée et dirige et qui va révolutionner l’accès à la propriété foncière : il éprouve ainsi les réalités du terrain et s’y exerce à la rigueur. La gestion de la chose publique ensuite, avec ses missions de Secrétaire Général de la Présidence, de Ministre des Finances, et de Ministre de l’Equipement : il peut y exercer ses talents de négociation et de diplomatie, mais aussi de leadership, de fermeté et de mise en ordre. La politique après, suite logique de ses fonctions précédentes et dont il a attrapé le « virus » : candidat aux plus hautes fonctions de la République, chef de parti, il aborde ces ambitions nouvelles avec le sérieux, la ferveur et le charisme qui le font devenir un des dirigeants les plus crédibles du pays. Les responsabilités publiques régionales enfin : son élection comme Président de la Commission de l’UEMOA, rôle qu’il va assumer avec brio pendant sept ans, va lui donner une stature d’homme d’Etat que tous ses interlocuteurs vont lui reconnaitre.

Mais cette ascension légitime, patiente et ordonnée, ne change pas sa personnalité. Celui qui est devenu le Président Cissé s’efface souvent derrière Soumaïla. En l’approchant, on ne peut qu’être frappé d’abord par sa modestie et sa gentillesse : il écoute avant de parler, met à l’aise ses interlocuteurs, avec son visage souriant et sa voix douce un peu trainante, et leur donne de l’importance, quels qu’ils soient. Puis apparaissent l’intelligence et la vision : cette façon de comprendre l’essentiel d’un sujet ou d’un dossier, et d’en résumer les difficultés et les solutions, de faire partager ses vues aux interlocuteurs, de les convaincre ou d’intégrer autant que possible leurs réserves pour que le dossier enfin finalisé puisse être approprié par tous. Alors émerge chez lui une autre facette : le dirigeant ne peut se contenter d’émettre des idées, fussent-elles bonnes et novatrices. Celles-ci, dès qu’elles sont agréées, doivent devenir une réalité concrète par un programme d’actions qui démontrera clairement qu’elles peuvent changer la vie d’un grand nombre. A chacune de ses missions, il s’impose donc l’exercice parce qu’il sait que c’est ce qui restera pour l’avenir. Les nouveautés introduites par l’ACI ou la modernité du contenu de sa campagne présidentielle de 2013, basée sur un vrai programme, sont peut-être les meilleures illustrations de cette approche. Mais cette obsession du travail complet avait la chance de s’appuyer sur une autre passion ; celle de la famille. Ce n’était pas une simple attitude, mais un lien vital qui apparaissait à ceux qui veulent bien voir : son épouse Astan, présente à chaque moment, est restée très probablement son premier appui pour toutes ses nouvelles audaces et sa défense la plus solide contre les attaques subies qui furent parfois violentes.

Tout homme de premier plan est habitué à affronter, surtout en politique, contestations et injustice, voire trahisons et « coups bas ». Mais, au moins à deux reprises, Soumaïla Cissé a eu à supporter des coups du sort qui dépassaient la mesure et nous ont encore rapproché de lui. En 2012, les putschistes fantoches qui s’emparent d’un pouvoir alangui voient vite en lui un des rares politiques qui n’accepteront pas de s’incliner ou de composer. Ils décident rapidement de s’emparer de lui. Lourdement blessé dans sa fuite, Soumaïla devra finalement être évacué en France, après d’âpres négociations avec ceux-là même qui laissent en même temps tomber sans résistance la moitié du pays entre les mains des terroristes. En 2020, alors que les élections législatives pourraient éventuellement permettre de freiner la chute du pays vers le précipice, l’enlèvement de Soumaïla pendant la campagne perturbe tous les pronostics et détruit les espoirs des nombreux citoyens qui l’attendaient. Même si son rapt, longtemps non revendiqué, est finalement réclamé par une bande de bandits-terroristes, de grandes zones d’ombre persisteront peut-être à jamais sur les circonstances de ce tragique évènement. Il faudra l’exigence constamment exprimée de tout un peuple et de nombreux amis étrangers pour que sa libération devienne une cause nationale et intervienne après six longs mois.

Dès lors, beaucoup se reprennent à espérer que l’avenir du Mali ne pourra se faire sans Soumaïla Cissé. Son parti, l’Union pour le Renouveau Démocratique (URD), est resté bien structuré malgré sa longue absence, preuve d’une solide organisation. Il pourrait devenir le pilier d’une grande alliance regroupant celles et ceux qui feraient passer le redressement d’un pays glissant de crevasses en précipices avant leurs propres intérêts ou ambitions. Plus personne ne peut imaginer que la victoire à la Présidence du pays lui serait « volée » une troisième fois après celle de 2013, où Soumaïla fut victime de l’illusion donnée par l’autre camp sur sa capacité de résistance aux menaces sécuritaires, et des alliances imprévues à son encontre, puis en 2018 au terme d’élections ardemment et longuement contestées, y compris par le candidat Cissé lui-même qui avait pourtant reconnu sans hésiter sa défaite en 2013. Deux ans à peine suffiront pour constater que les dirigeants alors réélus ont montré leur totale inaptitude à répondre aux besoins de l’économie et de la société maliennes, sans renoncer à leur rapacité, et donc pour laisser imaginer que ces contestations étaient bien justifiées. Les faiblesses constatées et déviances pressenties de la Transition actuelle, dont les leaders doivent normalement être « hors jeu » en 2022, confortent la nécessité de la présence future de vrais hommes d’Etat.

Dans ces circonstances, Soumaïla devait nécessairement faire partie de la « solution » en 2022. Peut-être était-il lui-même cette « solution », comme beaucoup le pensent, mais l’homme avait suffisamment souffert pour faire passer ses idées et ses propositions avant lui-même. Quand les épreuves frappent un homme intelligent, de longue expérience et de grande humanité, elles lui donnent la sagesse nécessaire pour prendre les bonnes décisions que tous suivront. Le Mali pouvait – et devait – donc reprendre espoir avec le retour du fils de Niafunké. Mais le destin en a décidé autrement et, une fois de plus, il laisse le Mali plongé dans un horizon d’incertitudes et de craintes. Il nous reste à reprendre la route pour lever celles-ci avec courage et persévérance comme le fit plusieurs fois Soumaïla. Pour l’heure, que notre amitié soit totalement investie dans la prière pour le repos de son âme et pour la proximité de pensée avec son épouse et sa famille.

Paul Derreumaux

Article publié le 31/12/2020

 

 

 












quatre × = 4