Afrique Subsaharienne : L’extrême pauvreté résiste

Afrique Subsaharienne : L’extrême pauvreté résiste

 

La lutte contre l’extrême pauvreté  et la recherche de sa réduction massive ont été une victoire majeure des Objectifs Du Millénaire (ODM) retenus par l’Organisation des Etats-Unis (ONU) pour l’horizon 2015. Le pourcentage de la population mondiale gagnant moins de 1,9 USD/jour (nouvelle norme récemment fixée en Parité de Pouvoir d’Achat (PPA) pour définir cette extrême pauvreté) a été en effet considérablement réduit en pourcentage, avoisinant 10% en 2015 alors qu’il s’élevait encore à plus de 35% en 1990.  En termes d’effectifs concernés, la population victime de cette extrême pauvreté diminuait de plus de 1,1 milliard de personnes, passant sur cette période de 1,9 milliard à environ 750 millions. C’est la phase simultanée des décennies de croissance accélérée en Chine et dans d’autres « pays-dragons », de l’éveil de l’Amérique Latine,  de l’émergence de l’Inde, et du retour à l’afro-optimisme. Même si de profondes inégalités persistent, tous les continents bénéficient alors de cette amélioration à des degrés et avec des vitesses variables. Sur toute la planète, réduire à néant ce fléau semble donc possible à bref délai.

C’est pourquoi, dans  les 17 nouveaux Objectifs du Développement Durable (ODD) que s’est fixée l’ONU à l’échéance de 2030, s’inscrit en premier lieu l’éradication totale à cette date de  l’extrême pauvreté. Or les dernières évolutions observées remettent en question cette analyse optimiste. Il est actuellement estimé que le rythme de baisse, qui était d’environ 1 point/an en moyenne sur les 25 dernières années, a été réduit de moitie sur la période 2013/2018. Deux facteurs essentiels expliquent ce retard. Les améliorations remarquables de la période précédente avaient pour une bonne part résulté de la forte chute de la pauvreté  en Asie de l’Est et du Sud, régions les plus peuplées. Les taux moyens y sont respectivement descendus à 2,5% et 12% en 2015 et les nouveaux progrès sont donc plus difficiles à obtenir. La population pauvre s’est surtout concentrée sur l’Afrique subsaharienne, qui en rassemble plus de 55% du total mondial, et c’est sur la baisse du taux de pauvreté dans cette zone, qui dépasse encore 41% soit quatre fois plus que la moyenne mondiale, que se fonde l’espoir d’une amélioration. Or ce taux recule très faiblement – moins de 1,5% entre 2013 et 2015 -. Compte tenu de la forte poussée démographique, le nombre de personnes touchées par le fléau a même augmenté de plus de 8 millions en 2 ans pour atteindre 415 millions  fin 2015, et  26 des 27 pays où ce taux est le plus élevé dans le monde sont en Afrique subsaharienne.

Quatre principales raisons, étroitement imbriquées, expliquent ce constat négatif dans la zone.

La plus importante est sans doute le rythme d’accroissement démographique sans précédent sur une aussi longue période, qui rend plus difficile l’augmentation du revenu par habitant. Le taux de croissance annuel net de la population demeure partout supérieur à 2%. Le recul attendu du taux de fécondité (nombre d’enfants par femme en âge de procréer), qui s’est produit sur tous les continents à la suite du repli des taux de mortalité, se fait toujours attendre. Le taux est la plupart du temps encore proche de 5, soit plus du double de la moyenne mondiale, et peut approcher 7 comme au Niger. Des explications religieuses liées à l’impact de l’Islam, souvent avancées, sont réelles mais probablement pas les plus déterminantes : dans les pays du Moyen Orient ou d’Afrique du Nord ou en Indonésie par exemple, le taux de fertilité a nettement reculé et des pays chrétiens ou animistes connaissent aussi des taux  durablement élevés. La lenteur de l’amélioration des conditions économiques et sociales et, surtout, l’absence d’octroi d’une priorité politique absolue à la maîtrise démographique sont sans doute les premières explications de la tendance observée et de son impact négatif sur la pauvreté. La pratique encore très répandue des mariages précoces dans nombre de pays, en particulier sahéliens, l’effectif important des enfants nés de mères mineures ou le succès limité des politiques de planning familial en sont autant d’exemples.

L’évolution insuffisante du nombre d’actifs est un deuxième handicap. Un « dividende démographique » est en effet souvent associé à cette augmentation très rapide d’une population jeune en âge de travailler et laisse croire que celle-ci génère des potentialités supplémentaires de croissance économique. Mais cette thèse considérant la poussée démographique comme un « actif » dans la création de richesse ne se vérifie que si des emplois à réelle valeur ajoutée sont effectivement créés pour cette jeunesse. Ce fut bien le cas en Chine et ailleurs en Asie dans les dernières décennies. Mas ce mouvement n’est pas (encore ?) noté en Afrique subsaharienne : dans la plupart des pays, seuls les emplois informels à faible impact économique de l’agriculture, du commerce et des services, souvent provisoires, peu qualifiés et mal rémunérés, sont offerts en nombre sur le marché, et laissent subsister un gap important de chômeurs. Seules quelques exceptions, comme l’Ethiopie ou le Kenya, montrent la possibilité d’une autre voie, encore à confirmer.

Le ralentissement généralisé de la croissance économique sur le continent depuis 2015 freine aussi cette réduction de la pauvreté. Après des taux de croissance annuels moyens proches de 5% sur la période 2000/2015, le Produit Intérieur Brut (PIB) subsaharien enregistre une progression moyenne inférieure à 3% par an sur 2016/2018, proche de l’augmentation de la population, provoquant une quasi-stagnation de la production par habitant sur la période. Malgré l’existence de zones connaissant une bonne résistance de cette croissance, comme l’Afrique de l’Ouest francophone, l’environnement est devenu moins favorable aux créations d’emplois et aux hausses de salaires des entreprises, comme aux marges de manoeuvre des politiques publiques.

Enfin, l’insuffisance d’initiatives de la part des Etats en termes de politique de redistribution des richesses est un dernier élément de maintien de la pauvreté. Le maintien d’une fiscalité très concentrée sur le secteur formel, laissant souvent des pans entiers de l’économie hors de toute imposition, comme le foncier et/ou l’immobilier, limite la croissance des ressources fiscales et favorise l’augmentation des inégalités. La situation fréquemment dramatique de la santé et de l’enseignement publics empêche également les populations les plus démunies de sortir de la « trappe » de pauvreté. La persistance de conflits locaux aggrave par endroits la situation. Des études récentes montrent ainsi, dans la zone Afrique Moyen-Orient, que la richesse privée a augmenté de 2,7% en 2015, que 44% de celle-ci est concentrée au profit de ménages possédant plus d’1 million de USD et que la fortune des ménages les plus riches –plus de 100 millions de USD- a progressé de 14,2%.

Ces résultats inquiétants de la situation subsaharienne auront au moins deux conséquences.

L’une, quasi-certaine, est que l’objectif d’élimination de la pauvreté extrême au niveau du globe à fin 2030 ne pourra être atteint. Selon les dernières projections, il faudrait en effet que le revenu des 40% les plus pauvres augmente annuellement de 8% sur les 12 ans qui restent pour respecter l’échéance fixée, ce qui parait hélas irréalisable. En cas de prolongation des dernières tendances observées, le taux d’extrême pauvreté resterait supérieur à 5% en 2030, après un rythme d’abaissement deux fois moindre que prévu, et celle-ci serait principalement concentrée sur notre continent.

L’autre, encore imprécise, est le renforcement des incertitudes sur l’évolution à moyen terme de la pauvreté en zone subsaharienne. Les remèdes à celle-ci, qui ont pourtant donné leurs preuves sous d’autres cieux, ne semblent pas faire l’objet d’une adhésion sans faille de toutes les Autorités concernées, comme si une solution magique était encore attendue. La maîtrise démographique, la mise en place de toutes les conditions favorables à la création de nombreux emplois décents, le renforcement de la croissance économique, la protection des couches les plus vulnérables, la lutte contre les inégalités les plus criardes, font certes l’objet de mesures éparses et partielles. Elles sont rarement la fondement d’un grand dessein national ou régional, articulé autour de quelques grands programmes concrets capables de mobiliser une union nationale, illustrant la priorité donnée à cette aspiration avant tout autre objectif. Faute d’un tel changement, les pays les plus peuplés d’Afrique – Nigéria, Ethiopie, République Démocratique du Congo,…- pourraient bientôt avoir le triste privilège de compter la population pauvre la plus importante, y compris en passant devant l’Inde comme le Nigéria. Seule une faible minorité de pays à la stratégie de développement économique et social solidement construite et durablement poursuivie, semblent échapper à cette malédiction, avec toutefois des niveaux d’évolution encore fort divers : Maurice, Botswana, Ghana, Kenya sont les plus souvent cités. Il faut compter sur leur réussite et espérer qu’elle servira de référence à d’autres pays. Toutefois, à ces possibles exceptions et faute de changement urgent et de grande envergure, l’Afrique subsaharienne pourrait rester dans les dix prochaines années séparée du reste du monde par une grande « fracture de la pauvreté »

Paul Derreumaux

Article publié le 07/11/2018












sept − = 4