Afrique : La banque fait toujours rêver…

Afrique : La banque fait toujours rêver…

Près de 30 ans après la grande secousse qui a bouleversé le système bancaire d’Afrique subsaharienne, en particulier francophone, l’attrait de l’activité bancaire chez certains hommes d’affaires reste toujours aussi vivace. Ceux-ci peuvent-ils cependant « apporter un plus » à la profession qui connait un nouveau tournant de son histoire ?

En 1990, après quelques années de descente aux enfers de ses trois banques étatiques, le Bénin s’est retrouvé quelques mois sans aucune banque commerciale, les trois seuls établissements d’alors étant alors simultanément en faillite. Pendant au moins une année, plusieurs projets de nouvelles banques ont alors été imaginés, préparés, et parfois déposés auprès des Autorités monétaires. Tous étaient originaux et modestes. En effet, malgré la forte pression des institutions internationales et des Autorités françaises, ni la BNP ni la Société Générale n’ont osé prendre le risque d’un tel investissement dans le contexte mouvementé de l’époque et la Banque de Réputation Internationale (BRI), dont rêvait à l’époque la Banque Mondiale, ne s’est jamais manifestée.

Parmi les dossiers soumis à l’agrément de la Banque Centrale, on comptait notamment quelques banques régionales de modeste envergure, comme la BANK OF AFRICA, Ecobank, ou Financial Bank, devenue ensuite Orabank : celles-ci se sont transformées en 25 ans en puissants groupes régionaux, ou continentaux pour certains. Mais d’autres projets ont essayé de voir le jour durant cette période exceptionnelle et alimentaient quotidiennement les rumeurs du microcosme économico-financier béninois. Chacun était promu par un ou plusieurs hommes d’affaires fort riches, du pays ou des états voisins, qui voulaient créer « leur » banque. Ces projets traduisaient pour la plupart les mêmes rêves des promoteurs : prestige attaché de tous temps à l’activité bancaire et à ses institutions, possession d’un instrument irremplaçable pour obtenir plus aisément des financements pour le développement de leurs propres affaires, espoir d’une rentabilité qu’on ne pouvait imaginer qu’élevée, Il est vrai que l’affaire était facile à l’époque dans l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) : avec un capital minimum de 1 milliard de FCFA seulement, après qu’il soit resté limité à 600 millions de FCFA jusqu’à l’été 1990, ce prestige et ces avantages étaient un luxe que certains pouvaient s’offrir à frais relativement limités.

Echaudée par l’effondrement collectif du système bancaire béninois, alertée par les prémices du scandale international du groupe BCCI, qui comptait quatre établissements dans l’Union, la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) resta très vigilante à l’époque. Le démarrage rapide des premières banques agréées à Cotonou, modestes mais disposant déjà d’une expérience professionnelle, leur rôle positif sur la relance de l’économie nationale favorisèrent d’ailleurs l’adoption d’une position plus dure vis-à-vis de promoteurs individuels qui renoncèrent souvent d’eux-mêmes face aux procédures requises. Cette position prudente des Autorités a été adoptée aussi dans les autres pays de l’Union et le problème systémique provoqué par l’effondrement en 1995 de la Méridien BIAO, où l’actionnaire principal finança à l’excès ses propres activités, a renforcé cette attitude de la BCEAO. De plus, la surveillance permanente des banques s’est modifiée radicalement à l’époque : aux contrôles nationaux peu efficaces qui existaient jusque-là se substitue en 1990 une Commission Bancaire à compétence régionale, plus professionnelle, vigilante et indépendante. Enfin, les Autorités monétaires vont progressivement durcir les conditions financières, administratives et d’actionnariat pour l’accès à la profession bancaire, notamment en augmentant le capital minimum requis à 5 milliards de FCFA en 2007 puis à 10 milliards de FCFA en 2016.

Cette double mécanique, de barrières durcies à l’entrée du secteur et d’une surveillance plus rapprochée et contraignante du fonctionnement des entités qui le composent, explique, au moins partiellement, deux caractéristiques majeures de l’évolution du système bancaire de l’Union dans les dernières décennies: une croissance considérable  du secteur avec une place de plus en plus dominante de groupes puissants et géographiquement diversifiés en réseaux; la limitation des « accidents » recensés à quelques banques isolées.

Trente ans plus tard, on attendait la concrétisation d’un mouvement de concentration autour des quelques principaux groupes présents dans l’UEMOA à l’image de l’évolution constatée par exemple au Nigéria ou en Afrique du Sud. Or, celle-ci ne se produit pas encore, malgré les fortes augmentations du capital minimum et l’inflation constante des coûts d’investissements indispensables. Au contraire, une inflexion stratégique vers une plus large ouverture semble être engagée par les Autorités monétaires.

Dans plusieurs pays de l’UEMOA, des agréments bancaires ont en effet été récemment accordés à de nouveaux entrants promus par des sociétés ou des personnes extérieures au secteur bancaire : le Bénin, la Cote d’Ivoire, le Sénégal et plus récemment le Burkina Faso ont bénéficié de cette nouvelle approche. Les principaux arguments avancés pour cette évolution sont la pénétration toujours faible de la présence bancaire auprès des populations –moins de 15% stricto sensu fin 2016 -, contrairement aux souhaits pressants des pays de la zone, et le rôle clé attendu de la concurrence pour faire évoluer favorablement ce critère. Ce raisonnement n’est pas sans fondement. Malgré la forte densification des réseaux d’agences depuis le début des années 2000 et l’accroissement conséquent des taux de pénétration bancaire, ceux-ci restent, dans la région, très inférieurs à ceux d’Afrique de l’Est  ou du Nord. Surtout, la flexibilité et le dynamisme commercial des réseaux bancaires dominants semblent s’être sensiblement réduits dans la période récente, suite au double objectif d’une rentabilité accrue  et d’une « digestion » des investissements antérieurs. Les meilleures performances de croissance d’activité dans les années 2010 sont d’ailleurs plutôt le fait des groupes « outsiders », et la crainte peut exister que leur propre croissance se ralentira à bref délai. Enfin, les transformations dans les « tours de table » ont redonné une large majorité aux banques étrangères – marocaines et françaises en particulier – et fait refluer le poids des capitaux régionaux apparus de manière croissante à partir des années 1990. Dans le même temps, l’excellente profitabilité moyenne des banques depuis au moins une décennie a ravivé l’appétit des individus fortunés ayant réussi avec brio dans d’autres secteurs, notamment commerciaux, avec des motivations identiques à celles qui prévalaient dans les années 1990.

Si ces nouveaux venus apportent théoriquement une stimulation de la compétition normalement profitable à la clientèle, la nouvelle donne de l’environnement risque de réduire fortement les effets positifs attendus. Pour les Autorités, de plus en plus sensibles aux questions de conformité et de maîtrise des risques, il est peu probable que les banques récemment agréées disposent d’équipes, d’instruments… et d’intentions leur permettant de mieux répondre à ces contraintes réglementaires, ni que leurs actionnaires y soient plus sensibles que ceux des banques « traditionnelles ». Les nouvelles règles prudentielles et comptables prévalant à compter de 2018 seront également au moins aussi difficiles à respecter par les nouveaux venus. Pour  le public des sociétés, l’apport des nouveaux acteurs ne sera déterminant que s’il résout le problème du financement des petites et moyennes entreprises (PME). Cet engagement était déjà donné par les banques africaines apparues dans les années 1990 mais n’a pu être honoré que très partiellement. Il est peu vraisemblable que les nouvelles promesses des derniers arrivants soient mieux tenues, la solution exigeant des efforts communs et harmonisés des banques, des entreprises et des pouvoirs publics, qui semblent toujours aussi difficiles à réunir. Pour le public des particuliers enfin, l’inclusion financière tant recherchée devrait plutôt être obtenue grâce aux innovations des émetteurs de monnaie électronique, solidement appuyés sur les sociétés de télécommunications, ou aux « fintechs » et à leur apport à la digitalisation, pour laquelle la plupart des banques sont en retard, que par de nouveaux acteurs. Si les arguments justifiant l’entrée de concurrents plus innovants et plus performants sont fondés, le choix d’opérateurs isolés et extérieurs à la profession risque donc d’apporter rapidement des déceptions quant à leur apport dans les directions souhaitées. L’encouragement des établissements porteurs de nouvelles technologies et l’encadrement des banques actuelles pour un financement plus hardi des PME et une meilleure application des politiques d’inclusion financière auraient sans doute été plus efficaces.

La fixation de seuils toujours plus élevés pour l’agrément des banques constitue sans doute une précaution utile, mais n’est pas une panacée. En France par exemple, le capital minimum requis reste de 5 millions d’Euros seulement, trois fois moins que dans l’UEMOA, mais les exigences de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACP-R) en termes d’actionnariat sont telles que l’entrée de non-professionnels est interdite dans les faits. C’est en Afrique que la banque peut encore faire rêver ceux qui ont de riches moyens…..

Paul Derreumaux

Article publié le 24/05/2018












7 − deux =