L’Afrique est fortement touchée par la récession mondiale

Interview de Paul Derreumaux

par Frédéric Cazenave pour Capital.fr

Afrique & récession mondiale

Le continent africain n’a pas directement souffert de la crise financière. Par contre, son impact sur l’économie risque de se faire fortement sentir, prévient Paul Derreumaux, le Président de Bank of Africa. Crée en 1982, ce groupe bancaire est présent dans 11 pays d’Afrique et gère un bilan consolidé qui devrait approcher en 2008 les 3 milliards de dollars. L’objectif de Bank of Africa est de poursuivre son extension géographique et d’étoffer sa palette de services afin d’entrer dans le top 10 des banques subsahariennes au cours de la prochaine décennie. Mais pour se faire, Paul Derreumaux estime aussi que certaines pratiques devraient changer en Afrique.

Capital.fr : Quel est l’impact de la crise financière sur le continent africain ?

Paul Derreumaux : L’Afrique n’a pas été touchée par la crise des subprimes car les banques du continent n’avaient ni les moyens, ni l’habitude de travailler sur de tels produits. Les établissements bancaires n’ont pas non plus souffert de la faillite de Lehman Brothers ou des difficultés rencontrées par Fortis, car ils ne s’adonnent pas à la titrisation de créances. Par contre, bon nombre de Bourses africaines ont chuté. Et certaines se sont même littéralement effondrées comme au Nigeria où les banques cotées ont souvent plongé de près de 80%. Mais plus que la crise financière, la grande crainte pour l’Afrique, c’est l’impact de la crise économique qui se développe et commence déjà à se faire sentir.

C’est une manne financière considérable

.


Retrouvez l'intégralité de l'article sur CAPITAL.FR ICI











six × 2 =